The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Une Chine prometteuse pour Jenny "Marteau de fer"

 
Jenny Lang Ping a fait partie, sur le parquet ou depuis le banc des entraîneurs, de toutes les équipes de Chine finalistes du Championnat du monde FIVB de volleyball féminin
 
Lausanne, Suisse, le 22 octobre 2014 – Cela faisait seize ans que la Chine n’était pas montée sur un podium au Championnat du monde FIVB de volleyball féminin. La médaille d’argent remportée lors d’Italie 2014 constitue un formidable encouragement pour la sélectionneuse de l’équipe de Chine, la légende du volleyball Jenny Lang Ping, qui a repris à 53 ans les rênes de l’équipe l’an dernier et fait office de mentor auprès des jeunes stars de son équipe.

Malgré la défaite en finale face aux États-Unis, une équipe que Jenny a emmenée à la médaille d’argent aux Jeux olympiques de Pékin 2008, cette deuxième place est vécue comme un grand succès par une équipe qui avait enregistré son pire résultat de l’histoire il y a quatre ans en finissant à la dixième place. Ce fait n’a pas échappé à Jenny Lang Ping.

"Le Championnat du monde est le premier des ‘trois gros’ dans le nouveau cercle olympique et cette médaille d’argent a constitué un très bon encouragement pour notre jeune équipe", explique-t-elle. "Ce résultat nous a un peu surprises. Nous nous sommes battues de toutes nos forces pour parvenir en finale et obtenir cette médaille. D’une manière générale, nous avons joué mieux que bien dans cette compétition. Les matchs en Italie nous ont permis de constater les points sur lesquels nous nous sommes améliorées, de prendre conscience de notre potentiel ainsi que des choses sur lesquelles nous devrons travailler."

"Après la demi-finale, il est devenu clair que nous avions une réelle chance de remporter l’or. Nous étions peut-être des outsiders, mais nous avions une chance, c’est certain. Alors pourquoi n’y sommes-nous pas parvenues ? Tout simplement parce que nous n’étions pas assez bonnes. Nous devons continuer à travailler."

Une fois la déception digérée, le constat est positif : cela fait déjà cinq fois que les Chinoises ont atteint la finale des Championnats du monde. Seules la Russie et l’Italie ont fait mieux avec respectivement neuf et six finales disputées. La Chine, actuelle n°3 mondiale, a été championne du monde en 1982, 1986 et fini deuxième en 1990, 1998 et 2014. Le fait que Jenny ait été chaque fois de l’aventure, sur le terrain puis sur le banc, donne une idée de son talent pur de joueuse puis de sélectionneuse.

"Vous, les journalistes, vous êtes meilleurs en calcul que moi, je ne l’avais même pas remarqué", a commenté Jenny. "Comme le temps passe ! J’ai participé à tellement de championnats du monde, plus souvent qu’à des Jeux olympiques ou à des Coupes du monde."

Durant sa carrière de joueuse, l’ancienne attaquante de pointe gagne le surnom de "Marteau de fer" au cours d’une incroyable épopée qui voit l’équipe de Chine remporter coup sur coup la Coupe du monde 1981, le Championnat du monde 1982, les Jeux olympiques de Los Angeles 1984 et la Coupe du monde 1985. Une fois sa carrière de joueuse terminée, Jenny prend place sur le banc en tant qu’entraîneur. Elle mène les Chinoises à une médaille de bronze à la Coupe du monde 1995 et à deux médailles d’argent, aux Jeux olympiques d’Atlanta 1996 et au Championnat du monde 1998. En 1999, elle doit renoncer à son poste à la tête de la sélection chinoise en raison de problèmes de santé.

Mais elle fait son retour après une performance en demi-teinte de la sélection aux Jeux olympiques de Londres 2012 sanctionnée par une cinquième place. C’est d’ailleurs depuis le début avec le regard fixé sur l’échéance Rio 2016 que Jenny admet travailler.

"Toutes les équipes pensent aux Jeux de Rio", assure-t-elle. "Quand on regarde ce Championnat du monde, il est clair que la concurrence est plus resserrée que jamais dans le volleyball féminin. Toutes les équipes ont emmené leurs meilleures joueuses en Italie et ont montré qu’elles pouvaient très bien jouer. Je crois que ce sont les équipes qui s’amélioreront le plus vite dans les deux années qui viennent qui auront les chances les plus sérieuses à Rio. En ce qui nous concerne, si nous ne mettons pas les bouchées doubles, nous nous ferons dépasser."

La progression de la Chine ces dernières saisons, qui l’a portée vers une médaille d’argent au Grand prix mondial 2013 et une médaille d’or à la Coupe asiatique 2014, n’a pas échappé non plus aux homologues de Jenny. Le vice-président de la Fédération chinoise de volleyball Pan Zhichen fait partie des nombreuses personnes qui ont convaincu Jenny de revenir à la tête de la sélection quatorze ans après. Jusqu’ici, il ne peut que se féliciter de l’excellente influence de la légende du volleyball chinois.

"Jenny a joué un rôle extrêmement important au sein de l’équipe technique", explique-t-il. "C’est un entraîneur de classe mondiale et elle réalise un travail fantastique."

Pan a avoué être particulièrement impressionné par les plus jeunes joueuses, notamment les stars Zhu Ting et Yuan Xinyue, âgées de moins de 20 ans. Zhu a gagné sa place dans l’équipe-type du Championnat du monde comme pointue et Yuan a également fait partie des meilleures joueuses du tournoi pour ses débuts en tant que contreuse centrale.

"Nos jeunes joueuses ont très vite progressé sous la houlette de Jenny et je pense qu’elle va contribuer largement à offrir un avenir brillant à notre sélection."

L’impressionnante performance de l’équipe de Chine au Championnat du monde a également eu le mérite de diminuer la pression qui pesait sur les épaules de Jenny après une décevante quatrième place au Championnat asiatique à l’automne 2013. Elle est désormais déterminée à rester fidèle à son style d’entraînement, à continuer à lancer des jeunes dans le grand bain et à faire de cette équipe l’une des meilleures du monde.

"Je vais continuer à incorporer de jeunes joueuses de talent et à leur donner des occasions de jouer pour leur équipe nationale", affirme-t-elle. "Nos remplaçantes ont fait du bon travail aux Jeux asiatiques en remportant également l’argent. Un certain nombre de ces joueuses ont participé à notre camp d’entraînement cette année. Plus nous aurons de joueuses à notre disposition, plus notre avenir sera radieux."




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines