The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Kovac et l'Iran veulent confirmer en Italie

 
Le Serbe Slobodan Kovac a pris la tête de la sélection iranienne en début d'année et s'est déjà rendu en Italie par deux fois lors du Tour intercontinental de la Ligue mondiale
 
Florence, Italie, le 15 juillet 2014 – L'Iran n'aura pas la tâche facile en phase finale du Groupe 1 de la Ligue mondiale FIVB de volleyball qui débute mercredi à Florence, en Italie. La sélection perse cherchera à poursuivre sa préparation en vue de l'objectif ultime : décrocher une médaille lors des Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016.

La sélection emmenée par le Serbe Slobodan Kovac avait créé la surprise en finissant deuxième de la Poule A devant le Brésil, nonuple vainqueur, et la Pologne, sacrée en 2012. Seule l'Italie avait terminé devant les Iraniens.

"Nous étions outsiders au début de la compétition puisqu'on avait hérité d'un groupe comprenant les têtes de série n°1, 3 et 6, à savoir le Brésil, l'Italie et la Pologne", a rappelé Kovac à l'AFP lors d'une séance d'entraînement organisée à l'Azadi stadium de Téhéran peu avant le départ pour Florence.

Mais lors du Tour intercontinental, les Moyen-orientaux ont prouvé leur valeur en obtenant un bilan de deux victoires pour deux revers face aux Brésiliens et aux Polonais.

Au cours de la phase finale du Groupe 1 programmée du 16 au 20 juillet, l'Iran devra se mesurer à la Russie, nation qui domine la discipline depuis deux saisons, et au Brésil, pays hôte des prochains JO.

Kovac espère que son équipe pourra démontrer de belles choses et remporter au moins un match cette semaine. "C'est jouable", affirme le tacticien. "Il faut respecter son adversaire mais sans le craindre. Nous sommes ambitieux et nous donnerons le meilleur en Italie."

Les principales vedettes de la sélection iraniennes sont le capitaine Mir Saeed Marouflakrani, 29 ans, et Mohammad Mousavi, considéré à 26 ans comme le meilleur défenseur de la saison. En revanche, la Team Melli devra se passer de son passeur Shahram Mahmoudi, blessé à la cheville.

"Nous avons emmagasiné énormément de confiance l'an passé", précise Mousavi pour qui les succès face au Brésil et la Pologne restent les plus belles victoires de l'Iran.

Ne rien laisser au hasard
Mahmoudi, 24 ans, estime pour sa part que son absence n'aura pas conséquence sur la performance collective de son équipe.

"Ils se battront à fond pour arriver dans le dernier carré. On peut y arriver car le groupe ne dépend pas de la présence d'un ou deux joueurs."

De son côté, la Fédération iranienne de volleyball voit la Ligue mondiale comme un tremplin pour sa sélection.

Avec la nomination en 2011 du coach Argentin Julio Velasco, l'Iran a vu éclore une génération de joueurs talentueux et s'est fixé un objectif ambitieux : remporter une médaille en 2016 au Brésil.

"Tout a été pensé et réfléchi", déclare Mahmoudi à propos de la stratégie à adopter.

Sous l'impulsion de Velasco, les Iraniens ont raflé deux titres de champions d'Asie en 2011 et 2013, et ont pris part à la Ligue mondiale la saison passée, battant au passage Cuba, l'Italie, la Serbie et l'Allemagne.

Velasco a quitté son poste en février pour prendre les rênes de la sélection argentine qui n'est pas parvenue à valider son billet pour la phase finale.

Quelques mois après la Ligue mondiale, l'Iran participera au Championnat du monde organisé en Pologne du 30 août au 21 septembre puis aux Jeux asiatiques prévus en Corée du Sud du 19 septembre au 4 octobre.

Selon Kovac, ses protégés doivent gagner en expérience internationale afin de progresser. Cela passe par exemple par le fait de jouer dans des clubs européens. "Il leur faudra alors se battre pour une place de titulaire, ce qui n'est pas le cas en Iran", précise le sélectionneur.

Mousavi pourrait d'ailleurs être le premier à faire le grand saut puisque les clubs de Fenerbahce (Turquie) et Modène (Italie) ont manifesté leur intérêt. De son côté, Marouflakrani  pourrait rejoindre Ankara, et Milad Ebadipour poser ses valises à Vérone.

Les bonnes performances de la sélection sur la scène internationale ont en outre permis au volleyball de gagner rapidement en popularité en Iran ces dernières années. Selon Kovac, il pourrait même devenir le sport n°1, devant le football. "C'est devenu compliqué de s'arrêter boire un café dans un centre commercial car de nombreuses personnes vous approchent pour prendre des photos ou simplement vous saluer", explique Kovac.





 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines