The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

1978 : l’Italie et Cuba au sommet de leur art

 
Les Italiens se montrent impressionnants avant la finale avec des victoires sur la RDA, la Bulgarie et Cuba
 
Lausanne, Suisse, le 10 juillet 2014 – Les deux Championnats du monde FIVB seront les temps forts de l’année. Avant la course au titre masculin en Pologne (du 30 août au 21 septembre) et féminin en Italie (du 23 septembre au 12 octobre), FIVB.org vous propose chaque semaine un tour d'horizon des précédentes éditions. Le neuvième volet de notre série se consacre au Championnat du monde FIVB 1978 en Italie et en Union soviétique où Italiens et Cubaines brillent sur la scène internationale.

Si l’Union soviétique s’adjuge son cinquième titre du Championnat du monde FIVB de volleyball masculin en 1978, c’est bien l’Italie qui laisse la meilleure impression entre le 20 septembre et le 1er octobre en devenant le leader de la discipline devant son public enthousiasmé.

Les Italiens, ce sont des joueurs comme Negri, Lanfranco et Di Coste, qui seront en fin de tournoi dans l’Équipe-type du Championnat du monde. Les Azzurri disputent là leur sixième Mondial, leur meilleur classement restant une huitième place lors de la première édition de la compétition en 1949. En 1978, ils provoquent surprise après surprise.

Grâce à leurs victoires sur la République démocratique d’Allemagne, championne du monde (3-1), et sur la Bulgarie (3-0) en phase de groupes, les Italiens se qualifient pour les demi-finales à la surprise générale. La phase à élimination directe fait ses premiers pas dans le Championnat du monde et les Italiens y rencontrent tout de suite l’un des grands favoris, Cuba. Les Transalpins font preuve d’une grande combativité face aux smashs les plus féroces des puissants Cubains et s’imposent 3-1. Ils s’essoufflent cependant en finale face à une équipe d’URSS rajeunie et détentrice du record de titres.

Les Soviets, qui ont déjà disposé de l’Italie 3-0 au tour préliminaire, rééditent l’exploit devant 16 000 tifosi au Palazzo dello Sport. En finale, ils gagnent à nouveau 3-0 (15-10, 15-13, 15-1) et ne semblent en difficulté qu’une seule fois, quand ils sont menés 11-13 dans le deuxième set. Alexander Savin, du haut de ses 2 mètres, joue un rôle particulièrement important dans cette victoire soviétique. Les futurs vainqueurs sont déjà champions d’Europe et remportent là leur cinquième titre mondial, leur premier en 16 ans. La Pologne, championne en titre, doit se contenter de la huitième place.

Le tableau féminin à 24 équipes réserve aussi son lot de surprises. Déjà, pour la première fois, il n’est pas dominé par des équipes d’Europe de l’Est ; le Brésil (sixième) et la Corée du Sud se montrent particulièrement impressionnants. Les Coréennes ne sont pas encore une force dominante du volleyball mondial à l'époque, mais elles inspirent le public notamment par leur capacité d’adaptation, menées par la passeuse de 1m72 Kim Ho Chul. Elles doivent toutefois se contenter de la quatrième place après avoir été malmenées par les Cubaines en barrage pour la troisième place.

Ce sont d’ailleurs les Caribéennes qui créent la plus grosse surprise du tournoi féminin, joué du 25 août au 6 septembre. Elles ont terminé septièmes au Mondial 1974 et cinquièmes aux Jeux olympiques 1976. Deux ans plus tard, elles sont couronnées championnes du monde. Un choc d’autant plus impressionnant qu’elles obtiennent cette victoire dans le jardin de l’Union soviétique, alors favorite. Les hôtes, qui comptaient quatre médailles d’or et deux d’argent en six Mondiaux précédents, terminent troisièmes. Cuba anéantit tous leurs espoirs de titre en les battant 3-1 en demi-finale.

Les Cubaines, dont l'équipe est construite autour des légendaires Mercedes "Momita" Perez et Mercedes Pomares, stoppent également les Japonaises championnes en titre en finale en s’imposant 3-0 (15-6, 15-9, 15-10). L’équipe du pays du soleil levant vient de remporter 3-2 sa bataille avec les États-Unis, sur la voie de devenir l’une des meilleures équipes au monde sous les ordres du coach Arie Selinger. Les Américaines terminent cinquièmes au classement général et apportent de la fraîcheur dans ce tournoi, tout comme la Chine, sixième. Les Chinoises ratent une place en demi-finale en raison d’une différence de sets (12-4) inférieure à celle de la Corée du Sud (13-3) et de l’Union soviétique (12-3).

Les stars du tournoi restent cependant les Cubaines. Neuf victoires et une différence de sets de 27-2 confirment la supériorité de la nouvelle superpuissance du volley international.

Retrouvez les premiers volets de notre série en cliquant sur les liens ci-dessous :




 Language(s)
   English
   French
   Spanish
   Polish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines