The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

La Russie entre dans l’histoire au Mondial des clubs masculins

 
Le Belogorie Belgorod est la première équipe russe à remporter le Mondial FIVB des clubs
 
Lausanne, Suisse, le 13 mai 2014 – Le triomphe historique des Russes du Belogorie Belgorod au Championnat du monde FIVB des clubs masculins n’a pas surpris que les joueurs. Leurs téléphones portables ont dû chauffer vu le nombre d’appels et de SMS qu’ils ont reçus, alors même qu’ils ont obtenu leur victoire à Belo Horizonte au beau milieu de la nuit en Russie.

"Nous sommes vraiment heureux, nous avons gagné ce tournoi pour notre pays", a déclaré l’entraîneur Gennady Shipulin. "Nous voulions donner du bonheur et de la fierté à notre peuple."

Belgorod peut effectivement être fière, elle est devenue la première équipe russe à remporter le Mondial des clubs qui en est à sa 10e édition. Le Zenit Kazan avait fini troisième en 2009 et 2011, tandis que le CSKA Moscou s’était placé deuxième en 1989, à l’époque de l’Union soviétique, tout comme le Lokomotiv Novosibirsk l’année dernière.

Ce succès historique marque le quatrième titre de Belgorod cette saison après la Coupe de Russie, la Super Coupe de Russie et la Ligue des champions européenne. Et anecdote intéressante : le triomphe au Mondial des clubs s’est déroulé au même endroit que le tout premier succès de l’équipe nationale de Russie en Ligue mondiale FIVB en 2002. Avec le même coach, Gennady Shipulin.

"Je l’ai déjà dit, [Belo Horizonte] c’est ma ville", se réjouissait l’entraîneur de l’équipe vainqueur. "J’ai connu une victoire sensationnelle en Ligue mondiale il y a 12 ans et aujourd’hui, nous donnons ce titre à la Russie. Cet endroit, le Brésil, nous porte chance."

La chance n’avait cependant pas vraiment sa place dans le dernier triomphe des champions d’Europe, exceptionnel collectivement. Ils battaient le Sada Cruzeiro, champion en titre et club hôte, 3-1, un score qu’ils répétaient contre les Argentins de l’UPCN, qui terminaient troisièmes. Ils balayaient aussi les Qatariens d’Al-Rayyan 3-1 en finale.

Cinq victoires en cinq jours, seule une équipe au top physiquement et mentalement est capable de réaliser cet exploit. Pour le coach, c’est l’esprit d’équipe qui a permis à Belgorod de gagner.

"Nous sommes une grande équipe, nous formons une famille", explique Shipulin.

Une famille très internationale, avec le passeur italien Dragan Travica et l’attaquant allemand György Grozer parmi les éléments clés de l’équipe.

"Je pense que c’est le secret de l’équipe, nous avons joué comme un bloc", estime Grozer. "Ce tournoi était très relevé et ce n’était vraiment pas facile, mais on forme une équipe. On s’entend tous très bien, on travaille très dur et c’est comme ça qu’on a obtenu cette victoire."

Dmitriy Muserskiy a aussi fait parler tout son talent. Avec Grozer, il a offert 18 points à l’équipe et a été élu Meilleur joueur, un titre auquel il commence à s’habituer. Et que dire de la pierre angulaire de Belgorod, Sergey Tetyukhin, élu Meilleur attaquant extérieur ? Pour l’histoire, le joueur de 38 ans était déjà du triomphe de la Russie en 2002 en Ligue mondiale à Belo Horizonte.

Après leur succès, une pluie de confettis s’est abattue sur les stars de la scène internationale de volleyball. Les joueurs ont alors sortis leurs téléphones pour se prendre en photo, comme des enfants surexcités. Ils en auraient presque oublié qu’ils avaient gagné les 200 000 $ de dotation.

Mais le succès des Russes n’est pas la seule réussite de la 10e édition du Championnat du monde FIVB des clubs masculins. Les Qatariens d’Al-Rayyan sont devenus la première équipe de cette région à monter sur le podium dans la compétition réunissant les meilleurs clubs du monde. Il faut dire que l’équipe avait recruté les internationaux Matey Kaziyski, Rafael de Oliveira, Michael Sanchez et Robertlandy Simon spécialement pour cette compétition. Un investissement qui a porté ses fruits.

En demi-finale, Al-Rayyan mettait fin aux rêves des Brésiliens de défendre avec succès leur titre et s’inclinaient une seule fois, en finale contre Belgorod. Quatre joueurs ont ensuite reçu des récompenses individuelles.

"C’est un exploit historique pour le volleyball du Qatar, mais aussi pour toute notre région", déclarait l’entraîneur Igor Aburtina. "Le Belogorie était tout simplement trop fort. C’est la meilleure équipe au monde à l’heure actuelle."

L’UPCN a également signé une première : en battant le Sada Cruzeiro 3-2 en petite finale, il est devenu le premier club d’Argentine à prendre place sur le podium au Mondial des clubs masculins. "Je n’arrive toujours pas à y croire", déclarait le capitaine Demián González.

L’autre énorme surprise du tournoi fut l’élimination dès le tour préliminaire de Trentino, l’équipe la plus titrée dans la compétition qui avait reçu une invitation au tournoi. Les Italiens avaient pourtant remporté le titre quatre fois de suite entre 2009 et 2012, inspirés par Kaziyski qui, cette fois, portait la tunique d’Al-Rayyan.

En 2013, le titre revenait à une équipe non-européenne pour la première fois de l’histoire, le Sada Cruzeiro. Le triomphe du Belogorie Belgorod ramène le trophée en Europe. Avec neuf victoires, il s’agit du continent le plus titré de l’histoire du Championnat du monde FIVB des clubs masculins.




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines