The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Dmitry Muserskiy, le phare du volley

 
Muserskiy espère mener le Belogorie Belgord à la première marche du podium du Championnat du monde des clubs à Belo Horizonte
 
Lausanne, Suisse, le 6 mai 2014 – En préparation des Championnats du monde FIVB de cette année, FIVB.org présente chaque semaine une vedette internationale du volley. Le troisième volet de cette série dresse le portrait de Dmitry Muserskiy, le "phare" russe.

Quand Dmitry Muserskiy s'élance au-dessus du filet, une ombre s'abat sur le terrain adverse. Le "phare" du volleyball mondial est un colosse de 2,18 m qui peut atteindre la hauteur impressionnante de 3,75 m à l'attaque. Ses adversaires comme les spectateurs sont régulièrement soufflés par les capacités du Russe. Non content de dominer le terrain de sa stature, il est aussi incroyablement agile pour sa taille.

Cette semaine, le "phare" exhibe ses compétences avec le Belogorie Belgorod, vainqueur de la Ligue des champions de la CEV, au Championnat du monde FIVB des clubs masculins à Belo Horizonte, où il espère ajouter un nouveau titre à son palmarès déjà impressionnant pour un joueur de 25 ans.

Le moment le plus fort de la carrière du volleyeur russe jusqu'à présent était certainement la finale des Jeux olympiques de 2012 à Londres. Son équipe avait deux sets de retard sur le Brésil quand l'entraîneur Vladimir Alekno a réalisé un tour de passe-passe en déplaçant Muserskiy du poste de contreur central à celui de complet. À partir de là, rien n'a pu arrêter le géant. Son incroyable score de 31 points, un record en finale de Jeux olympiques, a permis à la Russie de décrocher l'or. Il a marqué la plupart de ses points en envoyant simplement la balle au-dessus des contreurs brésiliens désespérés.

"Je ne crois pas que ce soit le meilleur match de ma carrière", a-t-il reconnu ensuite. "Je peux jouer mieux et inscrire plus de points en cinq sets, mais j'ai pris de l'assurance et c'est pour ça que j'ai si bien joué. L'équipe m'a fait confiance. Nous étions menés 2-0, c'était notre dernière chance : l'équipe a misé sur moi et j'ai rapporté gros."

La Russie gagnait l'or pour la première fois depuis la chute de l'URSS, après avoir obtenu le bronze à Pékin et à Athènes et l'argent à Sydney. Quand le président russe, Vladimir Poutine, l'a décoré dans son pays après cette victoire, la différence de taille a obligé le chef d'État à lever la tête vers le champion national.

Muserskiy a fait preuve d'une grande modestie sur son rôle dans cet exploit. "Je ne pouvais pas laisser l'équipe perdre sans me battre", a-t-il raconté. "Quinze ans ! Voilà quinze ans que j'attendais ce moment !" Il a commencé le volley à huit ans à Makiivka, puis a joué dans l'équipe de son école à Kharkiv avant de signer avec Belgorod en 2005. Son talent exceptionnel n'est pas resté longtemps confidentiel.

En 2009, il a gagné la Coupe de la CEV avec son club et a fait ses débuts à l'échelle mondiale le 4 juin 2010, quand il s'est classé meilleur marqueur de Russie en Ligue mondiale FIVB. Il a permis à son pays d'atteindre la finale de cette prestigieuse compétition la même année.

Depuis, Muserskiy est devenu une sorte de garant pour récolter des titres. En 2011, il a gagné la Ligue mondiale FIVB et la Coupe du monde, puis l'or olympique en 2012. En 2013, il jouait dans les équipes qui ont gagné le Championnat de Russie, le Championnat d'Europe et la Ligue mondiale FIVB, où il a été nommé meilleur contreur.

Cette année, il a déjà remporté la Ligue des champions de la CEV avec Belgorod et espère offrir à la Russie son premier titre en Championnat du monde FIVB depuis sa victoire en 1982 en tant que membre de l'Union soviétique. L'occasion se présentera au Championnat du monde FIVB de volleyball masculin de Pologne 2014, qui se déroulera du 30 août au 21 septembre.

La compétition s'annonce bien. Vladimir Alekno, entraîneur de l'équipe russe lors de sa victoire olympique en 2012, a décrit Muserskiy comme "intouchable". Il le considère comme "le meilleur joueur d'Europe et même du monde. Et il est motivé pour engranger les victoires." Pour la légende du volley russe Dmitriy Fomin, "Muserskiy terrifie tous ses adversaires." Pourtant, tous ceux qui le connaissent savent qu'il est très sympathique, en plus d'être bon cuisinier.

Le passeur allemand Lukas Kampa connaît bien le volleyeur russe, avec qui il a joué plusieurs mois pendant la saison 2012-2013. "Il a un caractère agréable et calme. C'est un vrai plaisir de jouer avec lui", témoigne Kampa. Et c'est normal, puisque le "phare" est généralement vainqueur.

À lire aussi :
Jovana Brakocevic doit tout à sa maman
Georg Grozer, le Thor du volley





 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines