The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Georg Grozer, le Thor du volley

 
Georg Grozer est confiant : son Allemagne ira loin au Mondial 2014 en Pologne
 
Lausanne, Suisse, le 23 avril 2014 – Avant les Championnats du monde de volleyball masculin en Pologne et féminin et en Italie, FIVB.org vous présentera une star du parquet chaque semaine. Notre série commence avec l’attaquant allemand Georg Grozer.

Lorsque Georg Grozer pose les mains sur un ballon, un murmure se fait entendre dans toutes les salles de volley du monde. Ses services violents sont aussi craints que ses boulets de canon au filet.

Mais le joueur de 29 ans est également impressionnant au contre. Il l’a une nouvelle fois prouvé il y a quelques semaines, en finale de Ligue des champions européenne, en sortant un bloc monstrueux sur Matey Kaziyski pour offrir la victoire à son club, le Belogorie Belgorod, face au Halkbank Ankara.

Grozer tient à prouver une nouvelle fois qu’il fait partie du gratin des attaquants mondiaux à l’occasion du Championnat du monde FIVB des clubs masculin, du 5 au 10 mai à Belo Horizonte, l’un des rares titres qui manquent au palmarès de l’homme aux cheveux noirs. Grozer est pourtant un serial vainqueur : chaque fois qu’il entre sur le terrain, les succès pleuvent. C’était le cas en Allemagne, où il a été sacré champion national à deux reprises en 2009 et 2010 avec le VfB Friedrichshafen. Il a ensuite traversé la frontière pour devenir champion de Pologne dès sa deuxième saison avec l’Asseco Resovia Rzeszów en 2012, avant de partir encore un peu plus à l’est, à Belgorod. Là, il réalise le doublé coupe-championnat avec le club russe dès son arrivée.

Cette saison, Grozer a ajouté à ses étagères la Super Coupe de Russie et une nouvelle coupe nationale avant que le Belogorie ne soit sacré champion d’Europe. "Un tel succès est incroyable, tellement intense. On en rêve pendant des années, on travaille dur pour y parvenir et une fois qu’on l’obtient, on peine à y croire !", admet l’Allemand.

Évidemment, Grozer n’a pas l’intention de s’arrêter en si bon chemin. Après tout, le Mondial des clubs est sur le point de débuter. "Je sais que j’ai déjà remporté beaucoup de trophées, mais c’est sympa de gagner. C’est pour ça que je vais tout faire pour continuer à accumuler les breloques ! Mes objectifs sont le Mondial des clubs et le Championnat du monde, que je n’ai pas encore remportés. Je veux réaliser la saison parfaite." Bien sûr, cela passe notamment par une bonne performance au Championnat du monde FIVB de volleyball masculin, Pologne 2014, où l’attaquant tentera de réaliser son rêve avec la sélection allemande.

Aux Jeux olympiques de Londres en 2012, Grozer avait inscrit un total incroyable de 39 points pour venir à bout de la Serbie au tie-break au tour préliminaire, mais l’Allemagne était finalement éliminée en quarts de finale par la Bulgarie. Le scénario se répétait au Championnat d’Europe l’année suivante. Mais l’heure des Allemands est venue – du moins, Grozer et son sélectionneur Vital Heynen en sont convaincus : "Je suis persuadé que si nous sommes tous au top, en bonne forme physique et mentale, nous pouvons aller loin en Pologne. Mais nous allons devoir cravacher pendant l’été et y croire avec un bon esprit d’équipe", prévient Grozer. "
Obtenir une médaille avec l’Allemagne, c’est l’un de mes rêves. Il ne me reste pas beaucoup de temps pour y parvenir, mais ça pourrait se produire avec l’équipe actuelle. J’en suis convaincu !"

Naturellement, Georg aura une lourde pression sur les épaules, lui qui est sans conteste le joueur allemand le plus connu du volleyball. Ce n’est pas un hasard s’il a été élu meilleur joueur allemand de l’année quatre fois de suite. D’autant que ce n’était pas forcément le choix le plus évident : Grozer n’évolue en sélection allemande que depuis 2007. Il représentait auparavant la Hongrie, son pays natal, avant de décider de suivre les pas de son père, Georg Grozer Sr, attaquant légendaire de l’Allemagne entre 1988 et 1996. À l’époque, son surnom était "Schorsch le Marteau" – un nom dont a hérité son fils.

"J’ai toujours été fier de mon père. Il m’a appris à tirer des leçons de mes erreurs. Ce n’était pas facile d’avoir un père qui a connu tant de succès et j’ai toujours voulu faire mieux que lui. Aujourd’hui, j’ai réussi à me faire un nom."

Malgré une détente impressionnante, le joueur de 2 mètres a toujours su garder les pieds sur terre. Son secret, nous apprend-il, est sa famille : Georg ne peut pas résister à sa femme Violetta ni à ses filles Leana et Loreen. L’homme aux attaques-massue s’est même fait tatouer leurs noms.




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines