The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

L'Halkbank à une marche du sacre à domicile

 
L'entraîneur bulgare de l'Halkbank Ankara, Radostin Stoytchev, exulte après la victoire des siens en demi-finale de la Ligue des champions masculine de volleyball de la CEV DenizBank 2014
 
Ankara, Turquie, le 22 mars 2014 – L'Halkbank Ankara pourrait bien écrire l'histoire du volleyball turc suite à sa qualification pour la finale de la Ligue des champions masculine de volleyball de la CEV DenizBank 2014. Samedi, les coéquipiers de Matey Kaziyski ont battu les Polonais du Jastrzebski Wegiel 25-21, 25-19, 25-19 et affronteront donc le Belogorie Belgorod dimanche à 17h00 (heure locale) pour tenter de monter sur la plus haute marche du podium européen.

En se hissant en finale, Ankara a d'ores et déjà permis à la Turquie de signer son meilleur résultat dans la compétition qui a vu le jour lors de la saison 2000/2001 en faisant mieux que l'Arkas Izmir, quatrième en 2012. Dimanche, l'équipe entraînée par Radostin Stoytchev tentera de faire encore mieux en offrant au pays hôte son tout premier titre dans l'épreuve, ce qui lui assurerait au passage le droit de représenter l'Europe lors du Championnat du monde FIVB 2014 des clubs masculins début mai à Betim, au Brésil.

L'ensemble du volleyball turc attend ce moment depuis la mi-décembre et l'attribution de l'organisation du tournoi à quatre de la Ligue des champions à Ankara. L'an dernier, l'Halkbank avait déjà écrit une page de son histoire en remportant la Coupe de volleyball de la CEV. Les Turcs avaient alors décidé de revoir leurs ambitions à la hausse et ils enregistraient quelques mois plus tard la signature de certains des meilleurs joueurs au monde pour tenter de s'imposer dans la plus grande compétition européenne de clubs. Le jour J semble enfin arrivé suite à la victoire face au Jastrzebski en demi-finale. Turcs et Polonais s'affrontaient d'ailleurs pour la troisième fois cette saison après s'être croisés dans la Poule F des éliminatoires. L'Halkbank s'était imposé 3-1 à l'aller avant de s'incliner 3-2 lors du match retour.

Samedi, les deux équipes se sont retrouvées dans un Baskent Volleyball Hall quasiment bondé. Parmi les supporters locaux, se trouvait notamment un petit orchestre, tandis que la tribune polonaise était remplie de fans parés de la désormais célèbre tenue orange de leur club de cœur. Au rang des enjeux, le Jastrzebski était bien décidé à faire mieux que sa quatrième place obtenue en 2011 afin d'imiter le PGE Skra Belchatow, seul représentant polonais à s'être hissé en finale, il y a deux ans, à Lodz.

L'entraîneur des Turcs Radostin Stoytchev révélait à la veille du tournoi que ses joueurs devaient composer avec une pression énorme en raison des espoirs particulièrement élevés placés dans l'équipe. Après une entame de match assez moyenne, l'Halkbank revenait à 6-6 mais le Jastrzebski reprenait les devants pour mener 8-6 au premier temps mort. Les locaux faisaient ensuite la course en tête grâce notamment à une superbe attaque en diagonale depuis la gauche signée Osmany Juantorena. Lorenzo Bernardi demandait un temps mort à 18-14 mais ne pouvait empêcher les hôtes d'enlever le premier set 25-21, pour le plus grand bonheur des 6 000 fans turcs présents en tribune.

Ankara devait à nouveau courir après le score au début du deuxième acte et ne reprenait progressivement les choses en main qu'à l'issue du premier temps mort technique (14-11). Bernardi décidait de faire sortir son capitaine Michal Lasko, peu en vue, mais l'Halkbank continuait à imposer son rythme pour conforter son avance et conclure la manche à 25-19 grâce à de superbes prestations dans tous les compartiments du jeu et à un Raphael très en forme à la baguette.

Les Turcs se montraient particulièrement efficaces à la réception avec 93 % de réussite dans la deuxième manche. Les Polonais ne baissaient pas les bras pour autant et les deux équipes se tenaient dans un mouchoir de poche dans le troisième set. À l'image des deux sets précédents, les visiteurs menaient la danse jusqu'au premier temps mort technique (8-5) mais Ankara revenait à 12-12 sur un ace de Mitar Tzourits et faisait ensuite la course en tête (16-14). La tactique mise en place par Radostin Stoytchev fonctionnait à merveille et le mentor bulgare n'interrompait le jeu qu'une dernière fois à 20-18 avant de voir son équipe enlever une victoire méritée en trois sets.

"Je ne suis pas étonné", déclarait Lorenzo Bernardi. "Il suffit de voir leur effectif et la qualité des joueurs qui le compose. Je crois que ce n'est une surprise pour personne. Même si nous avons perdu en trois sets, je suis très fier de mon équipe et de ce qu'elle a réalisé cette saison. Je suis certain qu'en début d'exercice, très peu de personnes auraient imaginé nous voir disputer le Final Four. Je suis fier de mes joueurs, même de ceux qui n'ont pas réalisé un bon match aujourd'hui. Demain nous jouerons pour la médaille de bronze et il faudra rester concentrés car une troisième place serait une très belle performance pour notre club."

"Je pense que nous nous sommes préparés de manière particulièrement minutieuse pour ce match. Nous avons étudié notre adversaire et avons tiré les leçons de notre défaite en phase de groupes", affirmait le capitaine de l'Halkbank, Matey Kaziysk. "Notre tactique a très bien fonctionné. Nous leur avons notamment mis la pression au service pour les empêcher de développer leur jeu tout en vitesse et d'imposer leur rythme. Je tiens à remercier toutes les personnes qui sont venues nous encourager et j'espère qu'elles seront encore plus nombreuses à faire le déplacement pour assister à la finale de dimanche."

"J'ai énormément de respect pour Lorenzo et ses joueurs qui ont travaillé très dur pour accéder au dernier carré", affirmait Radostin Stoytchev. "Cela dit, quand on n'a que 28 % de réussite à la réception – comme ça a été leur cas dans le deuxième set – on peut difficilement espérer remporter une manche dans le volley moderne. En ce qui concerne le match de demain, je m'attends évidemment à une rencontre très difficile. Je n'ai pas encore trouvé de solution pour réussir à contenir leurs contreurs centraux mais comme je l'ai dit hier en conférence de presse en reprenant les mots de Nelson Mandela, un gagnant est un rêveur qui n'abandonne jamais. Je sais qu'une tâche très compliquée nous attend demain, mais je ne vais pas arriver au gymnase en pensant avoir déjà perdu."

Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.cev.lu





 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines