The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Le Belogorie remporte la demi-finale 100 % russe

 
Les joueurs du Belogorie, dont les superstars Georg Grozer et Dmitriy Muserskiy, après leur victoire 3-1 sur le Zenit Kazan en demi-finale de la Ligue des champions masculine de volleyball de la CEV 2014
 
Ankara, Turquie, le 22 mars 2014 – Tombeur du Zenit Kazan 3-1 (25-19, 22-25, 25-18, 25-17) samedi, le Belogorie Belgorod tentera de remporter son troisième sacre en Ligue des champions masculine de volleyball de la CEV DenizBank pour faire aussi bien que les Italiens du Trentino Volley, seul club à s'être imposé trois fois dans la compétition. De plus, en cas de victoire sur la scène européenne, les Russes gagneront le droit de représenter le Vieux Continent lors du Championnat du monde FIVB 2014 des clubs masculins organisé du 6 au 11 mai à Betim, au Brésil.

Le Belogorie Belgorod – qui avait battu son adversaire du jour cinq fois de rang aussi bien en Superligue 2013 qu'en Super coupe – faisait logiquement figure de grand favori dans cette demi-finale 100 % russe. L'équipe pouvait en outre compter sur le soutien de plus de 200 supporters venus donner de la voix dans la capitale turque. En face, les joueurs du Zenit avaient à cœur de mettre fin à leur série de défaites et d'imiter les filles du Dinamo, sacrées dans l'épreuve féminine la semaine dernière, ce qui aurait permis de réaliser un doublé encore inédit pour des clubs d'une même ville en Ligue des champions de la CEV DenizBank. En revanche, l'équipe du Tatarstan était moins bien représentée en tribunes puisque 20 supporters seulement se sont retrouvés à la Baskent Volleyball Hall.

Pour l'anecdote, rappelons que deux pensionnaires du Belogorie, Sergey Tetyukhin et Alexander Bogomolov, faisaient leur retour à Ankara 19 ans après avoir décroché l'or au Championnat d'Europe junior, en 1994. La Russie comptait alors dans ses rangs des joueurs tels que l'immense Alexey Kazakov, qui avait débuté la saison avec Kazan avant de rejoindre Belgorod, ce qui l'empêche donc de disputer les Coupes d'Europe avec son nouveau club, et sur Vladimir Kastornov, également présent à Ankara en tant que commentateur pour la chaîne NTV Sport +.

Dmitriy Muserskiy inscrivait le premier point de la rencontre et le Belogorie prenait rapidement les commandes (4-1). Les deux formations manquaient de régularité au service, et si le Zenit commençait à prendre ses marques, son adversaire restait néanmoins en tête au premier temps mort technique (8-5). Désireuses de conforter la suprématie russe dans l'épreuve, les deux équipes visaient en outre une troisième couronne européenne. Belgorod n'avait concédé que deux sets tout au long de la compétition et malgré un effectif riche en stars, Kazan semblait avoir du mal à suivre le rythme imposé par Muserskiy et ses coéquipiers. Maxim Mikhaylov sonnait la révolte pour revenir à deux points grâce à un ace, mais le Belogorie ne tardait pas à refaire son avance pour arriver en tête au deuxième temps mort technique (16-13) après avoir montré de très belles choses dans tous les compartiments du jeu. Les deux clubs se montraient encore une fois fébriles au service mais le passeur Dragan Travica permettait ensuite aux siens de s'échapper (21-16). Vladimir Alekno demandait alors un temps mort, imité quelques minutes après par son homologue de Belgorod Gennady Shipulin qui devait calmer ses joueurs, piqués au vif par un ace signé Evgeny Sivozhelez. Le technicien du Belogorie trouvait manifestement les mots justes puisque ses hommes s'imposaient finalement 25-19 sur une magnifique attaque en diagonale de Georg Grozer.

Alekno décidait alors de faire appel à l'expérience de Roman Yakovlev, entré à la place d'un Sivozhelez particulièrement décevant. Peu efficace à la finition avec seulement 27 % d'attaques gagnantes contre 54 % pour son adversaire, Kazan prenait les choses en main dans le deuxième acte et menait 8-7 au premier temps mort technique malgré la pression exercée par Grozer au filet. Le Zenit enregistrait même son plus gros écart depuis le début des hostilités (16-13 puis 19-15). Belgorod semblait ensuite sur le point d'égaliser (20-19) mais l'équipe du Tatarstan enchaînait quatre points de rang et fêtait déjà le gain du deuxième set avant que l'arbitre ne refuse d'accorder le point décisif suite au ralenti vidéo. Ce n'était que partie remise pour le Zenit qui relançait la rencontre en s'imposant 25-22 sur une réalisation de Matthew Anderson. Les statistiques reflétaient une fois de plus la physionomie de la rencontre puisque Kazan affichait 60 % de réussite à la finition dans le deuxième acte contre 36 % pour Belgorod.

Les Lions réagissaient rapidement pour mener 5-2 puis 8-4 en début de set et le Zenit semblait incapable de trouver la parade (13-5). Alekno faisait entrer Alexander Abrosimov au poste de contreur central mais lui aussi se montrait en difficulté face à la stature et la puissance de Muserskiy. Kazan revenait toutefois à 15-10 avant que Tetyukhin, Muserskiy et Grozer ne permettent aux leurs de s'échapper (20-14) et de s'adjuger le set 25-18 sur un mauvais service du Zenit.

Le Belogorie ne laissait aucun doute sur ses intentions et prenait les devants 5-2 dans la quatrième manche. Malgré la présence d'Abrosimov et Yakovlev de l'autre côté du filet, Belgorod se montrait intraitable (13-7) avec notamment une grosse présence au service. Maxim Mikhaylov tentait alors de montrer la voie à ses partenaires, revenus à 13-10, mais Muserskiy répondait dans la foulée. Alekno semblait désemparé, conscient que le match touchait à sa fin (20-14), et le Zenit perdait sa deuxième demi-finale de Ligue des champions 100 % russe d'affilée – après s'être incliné l'an dernier face au Lokomotiv Novosibirsk, futur vainqueur – sur le score de 25-17.

"Le volleyball, c'est comme les maths", expliquait Vladimir Alekno. "Et si on commet autant d'erreurs que nous l'avons fait aujourd'hui, on finit par perdre. Cette défaite n'a donc rien de surprenant. Je tiens au passage à féliciter le Belogorie et je lui souhaite le meilleur pour la finale. J'espère que l'équipe s'imposera et confirmera la suprématie russe dans cette compétition."

"Nous affrontions le Belogorie pour la quatrième fois cette saison. Nous avions perdu les trois premiers matchs à Belgorod et nous espérions nous imposer sur terrain neutre", précisait le passeur du Zenit Nikola Grbic. "Ça n'a pas été le cas et nous n'avons pas joué à notre meilleur niveau. Il va falloir se remobiliser et reprendre confiance pour continuer à lutter pour le titre en Superligue, la seule compétition dans laquelle nous sommes encore en course."

"Je souhaite remercier les nombreux fans qui ont fait le déplacement depuis la Russie", déclarait le capitaine de Belgorod Taras Khtey. "C'était agréable d'évoluer dans une telle ambiance en demie. Demain sera un autre jour. Nous allons donc suivre la deuxième demi-finale et nous préparer pour le match le plus important du week-end."

"Je tiens à féliciter mes joueurs qui ont atteint l'objectif fixé en début de saison", se réjouissait Gennady Shipulin. "C'est une performance remarquable, surtout si on prend en considération le calendrier très exigent qui est le nôtre en championnat. Nous faisons régulièrement le déplacement jusqu'en Sibérie, sans compter le retour. Nous sommes prêts à disputer la finale et à faire de notre mieux pour décrocher le titre."

Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.cev.lu





 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines