The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Présentation 2014 - Championnat du monde masculin : Tous les chemins mènent à Lodz

 
Les Barbades célèbrent leur qualification pour la prochaine étape d'un processus qui pourrait les conduire jusqu'au Mondial
 
Lausanne, Suisse, le 1er janvier 2014 - À Lodz, une grande horloge affiche le compte à rebours avant le 18e Championnat du monde FIVB de volleyball masculin. À peine sommes-nous entrés dans cette nouvelle année que le monde du volleyball a déjà les yeux rivés vers le point culminant de la saison de volleyball qui aura lieu du 3 au 21 septembre, pour la première fois en Pologne. 

Les incontournables tournois de qualification européens auront lieu du 3 au 5 janvier en République tchèque, Serbie, Allemagne, France et Slovaquie. Chaque tournoi mettra aux prises quatre équipes. Les cinq vainqueurs et le meilleur deuxième seront qualifiés pour le championnat.

En Afrique, la saison débute avec trois tournois disputés au Cameroun, en Tunisie et en Égypte. Cinq équipes participent à chacun de ces tournois. Trois nations supplémentaires seront qualifiées à l'issue de ces tournois. Les pays appartenant à la Confédération NORCECA seront les derniers à entrer en lice avec quatre tournois de qualification (quatre équipes dans chaque tournoi) prévus de mai à juin aux États-Unis et à Porto-Rico, suivis de matchs de barrages du 9 au 14 juillet. Au terme de ces confrontations, cinq pays décrocheront leur ticket pour le Championnat du monde. Les équipes qualifiées se rendront dans les villes polonaises de Gdansk, Wroclaw, Bydgoszcz, Katowice, Lodz et Cracovie. Dix des vingt-quatre finalistes sont d'ores et déjà connus : Pologne (pays hôte), Russie (championne olympique), Italie, Australie, Iran, Chine, Corée, Argentine, Venezuela et Brésil.

Un rapide coup d'œil à l'histoire du Championnat du monde permet de comprendre pourquoi le pays organisateur des prochains Jeux olympiques de 2016 figure parmi les favoris pour le titre cette année. En effet, depuis 1998 et la victoire de l'Italie, le Brésil a raflé tous les trophées, avec trois sacres consécutifs en 2002, 2006 et 2010. Les Brésiliens pourraient d'ailleurs entrer dans l'histoire en décrochant un quatrième titre de rang. "J'espère que nous continuerons à gagner dans les années qui viennent", déclarait Bernardo Rezende, le célèbre entraîneur brésilien, après le récent triomphe du Brésil en Coupe des Grands Champions. Cependant, les Sud-américains auront fort à faire. Surtout face à des Russes déterminés à remporter la couronne - ils ont remporté tous les titres majeurs de ces deux dernières années : Jeux olympiques, Championnat d'Europe et Ligue mondiale.

Le président russe, Vladimir Poutine, a d'ailleurs souligné l'importance de ce titre lors de son discours à l'occasion du 90e anniversaire du volleyball russe. "Les joueurs qui se sont battus et ont contribué aux victoires obtenues lors des Jeux olympiques, du Championnat du monde et du Championnat d'Europe ont contribué au prestige international du pays. Ils ont fait du volleyball un sport populaire de tout premier ordre dans le pays. Leur nom et leurs titres font la fierté de tous et constituent un héritage national. Il est gratifiant pour les volleyeurs russes de s'être donné les moyens d'obtenir ce palmarès et de s'être montrés à la hauteur de leurs prédécesseurs."

Avec six titres, l'Union soviétique, ancienne Russie, est la nation la plus prolifique depuis 1949 et le tout premier Championnat du monde. Cependant, sa dernière médaille d'or remonte à 1982, à Buenos Aires (soit 32 ans). Le Brésil et l'Italie sont tous les deux montés sur la plus haute marche du podium à trois reprises alors que la République tchèque a triomphé deux fois. Les États-Unis, l'Allemagne de l'Est et la Pologne ont tous les trois inscrit leur nom au palmarès une fois. Les millions de fans que compte la Pologne rêvent très certainement de rééditer l'exploit réalisé par la nation hôte lors du Championnat du monde de Mexico en 1974. L'équipe nationale polonaise a décidé d'aborder l'événement de façon complètement différente afin de réaliser ce rêve impossible.

L'année qui a précédé ce Championnat du monde a été plus que décevante avec une élimination dès le tour préliminaire de la Ligue mondiale, alors que les Polonais étaient tenants du titre. L'équipe nationale s'est également montrée incapable de décrocher la moindre médaille lors du dernier Championnat d'Europe pourtant disputé à domicile. Conséquence de ces contre-performances, l'entraîneur Andrea Anastasi a été éconduit. À la surprise générale, c'est la légende du volleyball français, Stéphane Antiga qui a été nommé à la tête de l'équipe nationale. Antiga continuera à porter les couleurs du PGE Skra Belchatow, multiple vainqueur du championnat polonais, jusqu'à la fin de la saison et retrouvera face à lui plusieurs joueurs dont il sera le nouveau mentor en équipe nationale. "Ce sera une situation assez inhabituelle, mais je pense que cela peut être une source de motivation supplémentaire pour les joueurs", explique Antiga. "Mes partenaires de club ont été très surpris par cette nomination." C'est peut-être pour cette raison qu'il portait un maillot sur lequel était inscrit "Coach Antiga" lors de l'officialisation de sa nomination.

Le président de la Fédération de volleyball polonaise Miroslaw Przedpelski est le premier convaincu par ce choix. "Sa nomination en tant que sélectionneur national est une excellente idée. Elle devrait être bénéfique aux joueurs, aux clubs, mais également à toutes personnes œuvrant pour le bien du volley. Avec ce changement, nous sommes certains de réaliser le meilleur résultat possible lors du prochain Championnat du monde ici, en Pologne.

Antiga sait d'ores et déjà comment atteindre son objectif : "J'ai l'intention de constituer un groupe solide avec des joueurs à la disposition de l'équipe nationale. Le plus important est d'insister sur les notions de respect mutuel, de confiance, de communication et surtout de travail." Ce principe (ainsi que l'émergence d'une nouvelle génération) a permis à l'équipe nationale italienne de renouer avec le succès et de terminer troisième de la dernière Ligue mondiale. Cette équipe, dans laquelle figure l'excellent marqueur Ivan Zaytsev, est une des bêtes noires des Polonais. Il en est de même pour l'équipe iranienne dirigée par le célèbre Julio Velasco qui a lui-même remporté le Championnat du monde avec l'Italie en 1990 et 1994. Habitué de la compétition, le Japon, qui n'est pas parvenu à se qualifier, sera le grand absent de ce tournoi.

La rapide augmentation du nombre de pays engagés dans le processus de qualification témoigne du niveau très relevé du volleyball international actuel. Si 113 équipes avaient participé à la course à la qualification pour le Championnat du monde 2010, ce sont aujourd'hui 154 nations parmi lesquelles la Guadeloupe, la Côte d'Ivoire ou encore le Yémen qui s'apprêtent à en découdre. La compétition, dont le format a été modifié, comprendra 100 matchs au terme desquels seront déterminés les 24 finalistes. Ces derniers seront réparties dans quatre poules de six au sein desquelles elles s'affronteront toutes. Les quatre premiers de chaque poule seront qualifiés pour le deuxième tour préliminaire et seront reversés dans deux poules de huit équipes, dont seuls les premiers seront qualifiés pour les quarts de finale, puis les demi-finales et enfin la finale.

Les quarts de finale, demi-finales et finale reviennent pour la première fois depuis le Championnat du monde FIVB 2002. Cela correspond également au début de l'hégémonie brésilienne, doit-on y voir un signe de fin de règne ?




 Language(s)
   English
   French
   Spanish
   Polish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines