The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Bilan 2013 – Le Brésil domine la Coupe des Grands Champions

 
La capitaine brésilienne Fabiana Claudino a été tellement impressionnante qu’elle a été nommée Meilleure joueuse de la Coupe des Grands Champions FIVB
 
 Lausanne, Suisse, le 23 décembre 2013 – Dans le cadre de notre série d’articles sur l’année 2013, www.fivb.org revient sur la Coupe des Grands Champions FIVB, un tournoi dominé par le Brésil.

Les hommes comme les femmes de ce pays ont su montrer leur meilleur visage au moment opportun puisqu’ils ont remporté les médailles d’or de la Coupe des Grands Champions FIVB au Japon. La sixième édition du tournoi féminin s’est jouée du 12 au 17 novembre à Nagoya et Tokyo, avant l’événement masculin du 19 au 24 novembre à Kyoto et Tokyo.

La compétition comportait six équipes dans chaque tournoi : les hôtes, les quatre champions 2013 des continents dont les équipes avaient atteint le meilleur classement à l’édition précédente des Jeux olympiques, et un invité sélectionné par la FIVB, la Fédération japonaise de volleyball (JVA) et le groupe de télévision Nippon Television Network Corporation (NTV). Aucune équipe africaine n’était qualifiée d’office car le continent a été le moins bien classé des cinq aux JO 2012.

Page de la Coupe des Grands Champions

Chez les hommes, le Brésil était le grand favori après avoir remporté trois éditions du tournoi quadriannuel (1997, 2005 et 2009). Seuls l’Italie et Cuba ont réussi à freiner la domination des géants sud-américains dans la compétition depuis son avènement en 1993.

Même chose chez les femmes qui avaient déjà à leur palmarès la médaille d’or à Londres 2012 et au Grand Prix mondial en début d’année. En l’absence de l’Italie, championne en titre, la voie était libre.

Les Brésiliennes étaient confrontées au Japon, à la Russie, à la République dominicaine, aux États-Unis et à la Thaïlande, tandis que les hommes rencontraient la Russie (championne olympique), l’Italie, l'Iran, les États-Unis et le Japon.

"Il va falloir travailler dur pour gagner contre tous nos adversaires", prévoyait José Roberto Guimarães (Ze Roberto), le sélectionneur de l’équipe féminine du Brésil avant le tournoi. "Nous allons rencontrer les championnes continentales à l’exception de la République dominicaine qui reste tout de même un adversaire coriace et qui peut compter sur son coach brésilien. Les Japonaises sont toujours dures à battre avec leur défense et leur technique, tandis que la Thaïlande, championne d’Asie, donne toujours du fil à retordre à ses adversaires. Pour finir, il y a les États-Unis et la Russie qui sont les équipes les plus fortes de la compétition."

Le sélectionneur de l’équipe masculine Bernardo Rezende était tout aussi prudent quant aux chances de victoire de son équipe et préférait parler de la Russie, l’équipe qui avait battu le Brésil en finale des JO 2012 et qui avait remporté la Ligue mondiale 2013.

"Nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour nous préparer à ce tournoi, seulement deux semaines pour être ensemble au Brésil", avait-il déclaré. "Cette compétition est l’occasion de mettre à l’essai quelques jeunes et de continuer à faire progresser l’équipe. Je pense que la Russie est favorite et que l’Italie est meilleure depuis quelques temps. Il faudra aussi faire attention à l’Iran qui ne cesse de s’améliorer depuis deux ans."

Rezende avait raison de se méfier puisque la Russie s’est imposée 3-2, comme aux JO 2012, et obligeait le Brésil à craindre la quatrième journée. Cependant, les Auriverde ne tremblaient pas et s’imposaient 3-2 sur l’Italie, médaillée de bronze aux JO, pour remporter le mini-championnat avec un point d’avance.

"Je suis heureux d’avoir gagné le tournoi", déclarait Rezende. "Nous sommes passés d’une émotion à l’autre après la défaite contre la Russie. Quinze heures après notre revers, nous avons gagné, c’est formidable. Il y a quelques nouveaux dans l’équipe, mais l’équipe n’a pas perdu en concentration."

Les Russes, deuxièmes, ont pu se consoler en voyant Dmitry Muserskiy (2m18) être nommé Joueur du tournoi tandis que les Italiens ont su revenir dans la danse en terminant troisièmes.

"Au final, c’est simplement le manque d’expérience qui nous a empêchés de créer la surprise", analysait le capitaine italien Emanuele Birarelli. "Je suis content qu’on ait fini sur le podium parce qu’on a montré qu’on pouvait se frotter aux grandes équipes, mais on doit se concentrer sur les tie-breaks car on a perdu les trois qu’on a joués ici."

Les Brésiliennes n’ont pas éprouvé les mêmes difficultés que leurs homologues masculins puisqu’elles ont remporté leurs cinq matchs et n’ont concédé que deux sets, face à la République dominicaine et à la Russie. Elles ont terminé le tournoi par un succès 3-0 sur les Japonaises, après quoi la contreuse centrale Fabiana Claudino a été nommée Joueuse du tournoi.

"Nous nous sommes adaptés au fil du match", expliquait le coach Ze Roberto. "Nous avons dû adapter nos contres, notre défense et notre concentration. Maintenant, je sais que je peux me détendre au Brésil parce que là-bas, la deuxième et la dernière place, c’est la même chose."

En fait, le résultat final était identique à celui des JO 2012 : les Américaines ont pris la deuxième place et les Japonaises ont assuré le spectacle devant leurs fans en terminant troisièmes. "On a adopté une nouvelle stratégie tout au long du tournoi", expliquait la capitaine Saori Kimura. "On en voit les mérites, mais on voit aussi les problèmes qu’il faudra résoudre. Ces points sont désormais très clairs donc il faudra s’adapter la saison prochaine et réfléchir à ce qu’on a appris dans ce tournoi et cette année."




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines