The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Présentation 2014 – Jusqu’en Afrique, le terrain est prêt pour un Grand Prix mondial de tous les records

 
Après être passé à 20 équipes en 2013, le Grand Prix mondial FIVB de volleyball comportera 28 nations en 2014
 
 Lausanne, Suisse, le 3 janvier 2014 – Le Grand Prix mondial FIVB va battre tous les records en 2014 alors que le volleyball mondial va répandre sa fièvre jusqu’en Afrique. "Cela veut dire que nous allons disputer davantage de matchs avec les meilleures équipes au monde, ce qui permettra aux joueurs d’être encore plus exposés", s’est réjoui Evans Wasike, secrétaire général de la Fédération kényane de volleyball (KVF). En effet, au lieu des 20 équipes de 2013, la 22e édition de la plus prestigieuse des compétitions annuelles de volleyball féminin au monde comportera 28 équipes des quatre coins de la planète alors que les équipes nationales se préparent pour le temps fort de leur saison : le Championnat du monde.

En plus du Kenya qui, un an après les premiers pas de l’Algérie, va devenir la deuxième équipe africaine seulement de l’histoire de la compétition, la Belgique, la Croatie, le Mexique et l’Australie vont eux aussi signer leurs débuts au Grand Prix mondial FIVB. Ils portent ainsi le nombre total de pays représentés à la réunion annuelle des meilleures équipes nationales du monde à 30 depuis sa mise en place en 1993. L’année 2014 sera également l’occasion de voir revenir le Canada (dont la dernière participation date de 2003), le Pérou (2011) et la Corée (2012). Ils seront accompagnés des 20 mêmes équipes qui ont signé des prestations formidables l’an dernier. Cela va sans dire que les six anciens vainqueurs sans exception seront à nouveau présents cette année : le Brésil, détenteur du record de victoires, champion en titre et champion olympique (9 titres), les États-Unis (5), la Russie (3), Cuba (2), les Pays-Bas (1) et la Chine (1).

"Cette nouvelle approche consiste à favoriser la croissance du volleyball et à proposer des opportunités de jeu aux Fédérations", a répété le président de la FIVB Ary S. Graça F°, expliquant ainsi la stratégie derrière l’augmentation du nombre d’équipes. Cependant, malgré ce nombre record, les favoris restent inchangés. Le Brésil, champion olympique, est toujours l’équipe à battre après ses trois titres majeurs en 2013 : le Grand Prix mondial, la Coupe des Grands Champions et le Championnat d’Amérique du Sud. Cependant, malgré leur bilan parfait et leurs 15 sets à 0 au dernier tour du Grand Prix, les magiciennes brésiliennes n’auront pas la tâche facile.

Le sélectionneur Ze Roberto reste donc prudent : "Toutes les autres équipes vont s'améliorer avant les Jeux olympiques de Rio et nous ne voulons pas rater le train. En termes de vitesse et de défense, nous voulons revenir à hauteur des autres équipes." Mais qui alors représente la plus grande menace ? Vraisemblablement la Chine, deuxième au Grand Prix 2013. L’équipe a réalisé des progrès remarquables en très peu de temps sous la direction de "Jenny" Lang Ping, médaillée d’argent en tant que sélectionneuse des États-Unis lors des JO de Pékin en 2008. Les Japonaises sont également dangereuses, elles qui pouvaient encore remporter la Coupe des Grands Champions jusqu’à leur choc décisif face au Brésil (0-3). La capitaine Saori Kimura pense que leur succès est le fruit d’une nouvelle stratégie qui pourrait s’avérer payante en 2014.

Ze Roberto est bien conscient de la menace : "Elles ont grandi bien plus que d’autres équipes en quatre ans. Elles ont évidemment besoin de s’améliorer en contre, mais avant 2009, le Japon était toujours sixième ou septième mondial. Aujourd’hui, elles sont toujours sur le podium. Elles sont meilleures et je pense qu’elles se rapprochent de notre niveau." Par ailleurs, les États-Unis, médaillés d’argent olympique et vainqueurs de trois Grands Prix mondiaux entre 2010 et 2012, sont également favoris. Les Américaines se sont nettement améliorées sous l’égide de leur légendaire coach Karch Kiraly et ont pu notamment s’emparer de la deuxième place en Coupe des Grands Champions. La Russie, sacrée au Grand Prix en 2006 et 2010, espère que 2014 sera son année puisqu’elle va tenter de défendre son titre du Championnat du monde. L’Italie, organisatrice du Mondial, se met aussi à rêver depuis qu’elle peut compter sur la meilleure marqueuse du dernier tour du Grand Prix mondial 2013 en la personne de Valentina Diouf, auteure de 110 points.

Quel que soit le résultat final, l’excitation sera forcément au rendez-vous lors des 22 tournois disputés dans le monde entier, de l’Italie au Pérou en passant par Hong Kong et Macao, du premier tour le 25 juillet au dernier match le 24 août.

Le tour préliminaire verra les douze têtes de série – le Brésil (champion en titre et n°1 mondial), les États-Unis, le Japon, la Chine, la Russie, l’Italie, la Serbie, la République dominicaine, l’Allemagne, la Corée, la Turquie et la Thaïlande – disputer des mini-tournois (de quatre équipes) lors de trois week-ends afin de déterminer les quatre qualifiés pour le dernier tour. Ils seront accompagnés en phase finale, du 20 au 24 août, par le pays hôte – qui n’a pas encore été décidé – et par les vainqueurs des demi-finales (du 15 au 17 août en Pologne) des poules J à O. Ces groupes comprennent la Pologne, le Pérou, Porto Rico, les Pays-Bas, l’Argentine, le Canada, Cuba et la Belgique. Les poules P à S comportent également huit équipes : le Kenya, l’Algérie, le Kazakhstan, la Croatie, la République tchèque, le Mexique, la Bulgarie et l’Australie. Les tournois finaux à quatre de ces groupes, qui comprennent les équipes les moins bien classées, auront lieu en Bulgarie du 15 au 17 août.

De plus, la compétition battra des records en termes de couverture médiatique mondiale. Ces dernières années, plus de 700 millions de foyers sur six continents ont pu regarder les rencontres grâce à l’augmentation régulière des contrats avec les 31 diffuseurs internationaux. Ceci est particulièrement remarquable étant donné la concurrence rencontrée en 2012, comme les Jeux olympique ou le Championnat d’Europe de football. Les 105 matchs ont été produits et mis à la disposition des diffuseurs du monde entier. L’intérêt envers la plateforme FIVB Web TV a également explosé dans les pays où les droits télé n’étaient pas vendus. Le Grand Prix mondial FIVB est très prisé grâce en particulier à son spectacle.

En tout cas, le Grand Prix connaît un succès retentissant. Lors de l’avènement de la compétition en 1993, elle ne comprenait que huit équipes, comme entre 1995 et 2002. En 1994, puis entre 2003 et 2010, ce chiffre est passé à 12. Seize équipes ont participé au tournoi en 2011 et 2012. Vingt l’an dernier et aujourd’hui 28. L’année 2014 promet d’être plus passionnante que jamais avec de nouveaux records à la clé. Sur tous les continents, y compris l’Afrique.




 Language(s)
   English
   French

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines