The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Erik Shoji à la tête de la relève américaine

 
Le libéro américain Erik Shoji est l'un des nouveaux-venus dans une équipe composée de joueurs d'expérience
 

Tokyo, Japon, le 23 novembre 2013 – Les États-Unis se sont inclinés face à l’Iran en cinq sets après avoir eu une balle de match, mais les Américains peuvent être satisfaits de leur parcours dans cette Coupe des Grands Champions FIVB, vu les changements qu’ils ont opérés récemment.

Jeune libéro de 24 ans, Erik Shoji fait partie des nouveaux venus dans l’équipe, tout comme son frère aîné Kawika et le passeur Micah Christenson. Ils viennent tous les trois d’Hawaï, où "le volleyball est le sport n°1 ou n°2", confie Erik. "On joue tous au volley depuis qu’on est gamins, dans les parcs ou à la plage. C’est bien d’avoir en sélection autant de joueurs hawaïens, nous faisons tout notre possible pour faire honneur à notre région. Vaafuti Tavana est d’une autre île pas loin, et Clayton Stanley vient lui aussi d’Hawaï, donc on peut dire que notre État est la Mecque du volley aux USA !"

Sholi a rejoint l’équipe nationale A cette année seulement, mais le volleyball semble inscrit dans l’ADN de sa famille : son frère arpente les terrains, tout comme leur père, qui est entraîneur de l’équipe féminine de la University of Hawaï. "Je suis très content d’être dans l’équipe avec mon frère", déclare Erik. "On est très proches, et c’est toujours bon d’avoir un ami avec lequel voyager et passer tout l’été."

Erik a découvert l’équipe nationale en Ligue mondiale cette année, et après avoir passé la saison dernière en Allemagne, il a rejoint l’Autriche pour endosser le maillot du vice-champion, le Hypo Tirol Innsbruck. "J’avais déjà franchi une étape en disputant la Ligue mondiale, la suivante est arrivée quand j’ai signé au Hypo Tirol, car on dispute la Ligue des Champions CEV et j’ai l’occasion de continuer à progresser, car on affronte les meilleures équipes du monde. Je joue contre des joueurs que je regardais à la télévision avant, alors c’est génial."

Lorsque le rideau sera tombé sur la Coupe des Grands Champions, Erik se rendra directement en Autriche, où le Hypo Tirol l’attend avec impatience pour disputer le championnat et la Coupe d’Europe. "Heureusement, tout le monde parle anglais là-bas, au club comme en ville, donc je n’ai pas à apprendre l’allemand", sourie-t-il. "Je suis plutôt content de ce que j’ai fait jusqu’ici dans cette compétition : on a réussi un bon match contre le Brésil, car même si on s’est inclinés 3-0, leur coach a dit avoir eu l’impression d’avoir vécu un match en cinq sets, comme le score a été serré tout du long. On est bien sûr particulièrement contents de notre victoire d’hier sur l’Italie, même si on n’a pas terminé le boulot aujourd’hui face à l’Iran. Ils ont tout simplement mieux joué que nous aux moments décisifs, surtout vers la fin des sets."

Erik a pris la succession de Richard Lambourne, qui a été le libéro de la sélection américaine pendant de nombreuses années. "Richard n’est jamais très loin, on a eu l’occasion de s’entraîner ensemble cet été. On est devenus amis et il est toujours prêt à m’aider en partageant son expérience et en me distillant quelques conseils."

La ‘Team USA’ est venue au Japon avec une équipe composée de jeunes joueurs et d’éléments très expérimentés. "Quand certains des gars comme Reid Priddy ont remporté la médaille d’or à Pékin en 2008, j’avais seulement 18 ans", se souvient Shoji. "On est ensemble depuis un moment maintenant et j’ai appris à les connaître. J’aime l’ambiance qui règne dans notre groupe, on s’entend tous très bien. Vous savez, quand on passe tellement de temps avec des personnes, on apprend à se connaître, et même s’ils sont ensemble depuis longtemps, je me sens très bien dans l’équipe."

Erik bouclera dimanche son premier tournoi majeur en affrontant la Russie championne olympique et d’Europe en titre, et malgré la défaite des États-Unis contre l’Iran, les frères Shoji peuvent encore espérer décrocher leur première médaille. Comme leur sélectionneur John Speraw l’a déjà répété plusieurs fois depuis le début du tournoi, l’équipe travaille sur le long terme : l’objectif principal être d’être prêts pour les J.O de Rio, après l’élimination en quarts de finale des Olympiades de Londres. Et pour accomplir cette mission, les États-Unis compteront sur les Shoji.





 Language(s)
   English
   French

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines