The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Le capitaine de l’Iran estime que la mentalité a tout changé sous la direction de Velasco

 
Les Iraniens fêtent leur victoire 3-2 sur l’Italie mercredi en deuxième journée de la Coupe des Grands Champions FIVB 2013 masculine
 
Kyoto, Japon, le 20 novembre 2013 – Mercredi, l’Iran a surpris l’Italie au Prefectural Gymnasium de Kyoto, preuve que les doubles champions d’Asie sont aujourd’hui une grosse écurie à surveiller dans les grandes compétitions internationales de volleyball. Et si l’Iran dispute cette année sa deuxième Coupe des Grands Champions FIVB de volleyball masculin, les choses ont radicalement bougé depuis leur cinquième place il y a quatre ans.

En fait, Julio Velasco est sans aucun doute l’homme qui a chamboulé le volleyball en Iran et qui a aidé l’équipe nationale à s’améliorer considérablement en très peu de temps. "M. Velasco n’a pas changé grand-chose en termes de préparation physique ou de compétences athlétiques. En revanche, il a apporté quelque chose au niveau de la mentalité et de l’attitude. C’est ce qui a complètement changé depuis qu’il a commencé à travailler avec nous il y a quelques années", explique le capitaine iranien Mir Saeid Marouflakrani. "Quand il est arrivé en Iran, il a tout de suite remarqué que notre pays disposait de bons volleyeurs, mais qu’il y avait besoin d’un changement pour profiter pleinement de leur potentiel. C’est ce qu’il a réussi à faire mettre en place, et aujourd’hui nous pouvons nous mesurer aux meilleures équipes du monde."

À vrai dire, l’Iran s’était déjà fait un nom en Asie depuis de nombreuses années, mais l’équipe nationale et ses joueurs ne s’étaient pas encore fait connaître à l’étranger. "Je pense que le tournant a été notre participation à la Ligue mondiale FIVB cette année", analyse le capitaine iranien. "Nous avons enfin eu l’occasion de disputer de nombreuses rencontres internationales contre des équipes solides et pas seulement les meilleures en Asie. Comme vous le savez, le volleyball asiatique n’est pas très relevé en ce moment, par conséquent nous pouvons vraiment mesurer notre valeur en jouant contre des équipes d’autres continents. La Ligue mondiale a été la compétition idéale pour passer au niveau supérieur, et la Coupe des Grands Champions est dans la continuité de cette tendance", poursuit Marouflakrani.

Mercredi, l’Iran a donc battu l’Italie pour la deuxième fois cette année après l’avoir déjà fait en juin dernier à Modène, lors du tour intercontinental de la Ligue mondiale FIVB. "C’était un match particulier pour nous, mais aussi pour notre coach. M. Velasco s’est forgé une belle réputation au sein de l’élite du volleyball avec l’équipe de cette ville, qui est l’une des véritables "Mecques" du volleyball mondial. Cette victoire hors de nos bases nous a vraiment motivés et nous avons alors compris que nous avions nos chances même contre les meilleures équipes du monde."

Après avoir remporté deux éditions du Championnat d’Asie de suite et après avoir disputé la Ligue mondiale cette saison, le volleyball a connu un élan de popularité, dans un pays plutôt connu pour ses médailles olympiques en lutte et en haltérophilie. "Beaucoup d’Iraniens aiment le volley. Et avec nos bons résultats, nous espérons donner envie aux enfants du pays
de le pratiquer."

Après avoir perdu face au Brésil en première journée avant de battre l’Italie au tournoi de Kyoto, l’Iran tient à faire bonne figure au deuxième tour de la compétition, ce week-end à Tokyo. "Il nous reste trois matchs à disputer et je serais très heureux si on pouvait en gagner deux", affirme Marouflakrani. Seuls trois joueurs qui ont participé à la Coupe des Grands Champions il y a quatre ans sont encore présents dans le groupe, ce qui veut dire que l’Iran, avec l’Italie, est l’une des équipes les plus jeunes du tournoi.

"L’année dernière, nous avons raté d’un set seulement la qualification pour les Jeux olympiques de Londres", regrette Marouflakrani. "C’était à cause de notre résultat contre l’Australie. Aujourd’hui, nous avons pour objectif de terminer parmi les huit meilleurs au Championnat du monde, l’an prochain en Pologne. Après cela, nous allons évidemment faire de notre mieux pour participer à Rio 2016. Si on continue comme ça et qu’on ne cesse de progresser, je pense que dans un ou deux ans, on fera partie de l’élite mondiale du volleyball et qu’on sera un candidat sérieux à la victoire même face aux équipes de vedettes qui sont présentes ici au Japon."




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines