The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Ce duo israélien qui rêve de J.O.

 
Ariel Hilman (à g.) et Sean Faiga forment la meilleure paire israélienne de beach volley
 
Anapa, Russie, le 25 juillet 2013 – Il y a huit mois, deux Israéliens se sont embarqués dans une nouvelle aventure. Depuis des années, Ariel Hilman et Sean Faiga rêvaient de participer aux Jeux olympiques : ils décidèrent que la meilleure manière d’y parvenir était de changer de discipline, en quittant le volleyball pour découvrir le beach volley.

Ces deux athlètes de 25 ans troquaient donc leur carrière en salle pour devenir la meilleure équipe du tout nouveau programme de développement du beach en Israël.

Quelques mois seulement plus tard, ils enregistraient leur première victoire. Bénéficiaires d’une invitation à l’Open d’Anapa (Russie), ils forment la première paire israélienne à participer à la phase de poules d’un tournoi FIVB.

Malheureusement pour eux, ils sont tombés sur la tête de série n°1 (Konstantin Semenov/Yaroslav Koshkarev, Russie) pour leur premier match jeudi.

Une première difficile
Les inexpérimentés Israéliens se sont inclinés 2-0 (21-14 21-16), mais ils ont été loin d’être ridicules. Au second set, ils faisaient même jeu égal avec leurs adversaires jusqu’à 11-11.

"On n’a pas mal joué, mais on aurait pu faire mieux", commentait Hilman au terme de cette rencontre. "Je sais qu’ils sont tête de série n°1, mais on ne les a pas regardés jouer. On sait qu’on peut jouer mieux que ça, on a de bonnes bases de volleyball."

À Anapa, leur unique objectif est d’engranger autant de points que possible, afin de pouvoir participer à un prochain tournoi FIVB. "On veut simplement disputer autant de matchs que possible, et peut-être en gagner un en phase de poules", expliquait Hilman.

"Et amasser beaucoup d’expérience pour progresser !", ajoutait Faiga. "Parce qu’on rêve de participer aux Jeux olympiques et au Mondial, et d’intégrer le Circuit mondial."

"Notre but est de réaliser tout notre potentiel", poursuivait Hilman. "Lorsque vous jouez au volleyball en Israël, il est très difficile d’atteindre les J.O. ou le plus haut niveau. Et on était arrivés à un point où on ne pouvait plus progresser dans cette discipline.

"Alors on s’est décidé à franchir le cap et de jouer ensemble au beach. On croit vraiment pouvoir se faire une place dans l’élite." C’est à ce moment-là que la Fédération israélienne de volleyball lançait un projet de développement du beach.

Nouveau programme de beach volley
"Nous avions décidé d’avoir une ou deux équipes supplémentaires qui participeraient au Circuit mondial et qui, avec un peu de chance, se qualifieraient pour les Jeux olympiques", racontait le sélectionneur Shaked Haimy.

"C’est notre première équipe, et nous en avons une deuxième, de 21 ans, qui rejoindra ce projet. J’espère qu’à l’avenir nous pourrons également aligner des équipes féminines, mais pour le moment, elles privilégient plutôt le volley en salle."

À en croire Haimy, Israël est le Paradis du beach volley et le pays a besoin de peu d’infrastructures. "Nous avons 290 jours de soleil par an, et beaucoup de plages. C’est un endroit incroyable pour pratiquer le beach. Tout ce qu’il nous faut, c’est des joueurs et des financements."

La Fédération israélienne est en train de mettre en place un nouveau championnat, plus professionnel. "Ils commencent réellement à bâtir quelque chose de bien", commentait Hilman. "À négocier des contrats pour les retransmissions des matchs à la télévision, à rechercher des sponsors…"

"J’espère qu’avec tout cela, nous serons présents à Rio dans trois ans, mais ça va être difficile", admettait Hilman. 

"Et si ce n’est pas pour cette fois, ça sera pour la prochaine", le coupait Faiga. "Nous avons le temps et on a la volonté de bosser dur. On y croit."




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Beach volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines