The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

JO-Ligue mondiale : mêmes affiches mais des équipes différentes

 
Toutes les équipes ont connu des changements importants depuis les Jeux olympiques de 2012
 
Mar del Plata, Argentine, le 21 juillet 2013 – Comme lors des Jeux olympiques de 2012, le Brésil et la Russie seront opposés en finale de la Ligue mondiale 2013 tandis que la Bulgarie et l'Italie se disputeront la médaille de bronze. Avant ces deux remakes des JO, la légende du volleyball Andrea Zorzi se penche sur quelques éléments clés.

"Si les affiches sont les mêmes, des changements conséquents ont eu lieu depuis la remise des récompenses à Londres l'an dernier. La Russie est l'équipe à avoir été le plus remaniée puisque sur les 12 joueurs sacrés à Londres, quatre seulement sont présents dans cette phase finale de la Ligue mondiale.

"Seuls Sergey Grankin, Dmitriy Muserskiy, Maxim Mikhaylov et Nikolay Apalikov étaient présents sur les deux événements et les changements sont en grande partie dus à l'arrivée d'Andrey Voronkov qui a remplacé Vladimir Alekno après les Jeux de 2012.

"Le Brésil et l'Italie ont également eu droit à une revue d'effectif importante depuis leurs médailles olympiques. De son côté, la Bulgarie avait changé d'entraîneur et préparé un nouveau cycle avant les Jeux de Londres et a donc fait appel à la plupart des joueurs sélectionnés en 2012 pour tenter de décrocher une première médaille en Ligue mondiale.

"Pour accrocher une place sur le podium après quatre échecs, la Bulgarie pourra s'appuyer sur son joueur clé, le pointu Tsevtan Sokolov. L'attaque bulgare dépend en grande partie de ses performances mais l'efficacité de Sokolov n'a cessé de baisser au fil de la phase finale de Ligue mondiale.




"Lors du premier match remporté 3-1 face à l'Argentine, Sokolov avait inscrit 29 points et présentait un pourcentage de réussite de 65 %. À l'occasion de la défaite 3-1 des siens en demi-finale, il affichait une réussite de 21,4 % seulement et obligeait son sélectionneur Camilo Placi à le rappeler sur le banc à la fin du troisième set.

"Pour retrouver son efficacité, il va lui falloir frapper le ballon le plus haut possible au-dessus du contre adverse et le placer le plus loin possible dans le terrain. La capacité de Sokolov à varier ses attaques sera également un élément important étant donné que des attaques prévisibles sont plus faciles à gérer pour la défense.

"La finale entre le Brésil et la Russie est un remake des JO mais aussi un remake du match d'ouverture des Finales de la Ligue mondiale 2013.

"Étant donné le nombre de changements effectués dans les deux équipes depuis les Jeux de 2012, le match qui les a opposées à Mar del Plata est l'indicateur le plus fiable pour évaluer la capacité des deux formations à remporter la finale.



"La puissance des Russes au service et ses conséquences sur le jeu brésilien avaient été la clé de leur victoire 3-2 lors de la première journée de compétition. Le graphique ci-dessus indique le pourcentage de réception du Brésil sur les trois premiers matchs disputés en Argentine et montre clairement l'impact du service russe sur les réceptionneurs brésiliens.

"En finale, le Brésil devra faire en sorte de modifier ces statistiques et d'augmenter son pourcentage de réception pour mettre la pression sur son adversaire.

"Le trio composé du libéro Mario, de Lucarelli et de Dante – un joueur très expérimenté mais diminué en raison d'une blessure au genou survenue au cours de la demi-finale face à la Bulgarie – aura de lourdes responsabilités au cours de ce match.

"Lucarelli, le benjamin de l'équipe, risque d'être la cible privilégiée des Russes et ce pour deux raisons. Tout d'abord parce que son pourcentage à la réception (31,4 %) lors de la précédente rencontre face aux champions olympiques est le plus bas des trois joueurs cités précédemment, et ensuite parce que contrairement à Mario, il a un rôle à jouer en attaque, ce qui n'est pas évident à gérer quand on manque d'expérience sur les gros matchs."





 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines