The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Les débuts enthousiastes de Sarah Pavan

 
Les Canadiennes Heather Bansley Sarah Pavan, star du volleyball, se sont qualifiées pour la phase à élimination directe
 
Stare Jablonki, Pologne, le 3 juillet 2013 – La star du volleyball canadien Sarah Pavan a fait ses premiers dans le Championnat du monde FIVB de beach volleyball. Si elle savoure l'expérience à fond, elle n'en perd pas pour autant son amour pour le volley et a donc décidé de jouer sur les deux tableaux.

"Cela fait 15 ans que je joue en salle, et j'adore ça. Je ne peux pas mettre de côté un sport qui m'a autant apporté. Ça reste mon sport de cœur ; je dois continuer à y jouer encore un moment."

Âgée de 26, Pavan a été sélectionnée à quatre reprises dans l'équipe première All-American de l’Université du Nebraska avec qui elle a remporté le titre national NCAA en 2006. Elle a ensuite évolué dans les championnats italien et brésilien et fait figure de vétérane en équipe du Canada.

Voir autre chose

Suite à quelques modifications en sélection la Nord-Américaine a eu envie de donner un autre tournant à sa carrière et a décidé de demander conseil à la beach volleyeuse Heather Bansley.

Une fois la saison en salle terminée, les deux joueuses ont pris part aux Grands chelem de Corrientes, de La Haye et de Rome. Jusque-là, leur meilleur résultat reste une neuvième place à Corrientes.

"Après les éliminatoires pour les Jeux olympiques l'an dernier, la plupart des filles ont arrêté leur carrière et de nombreuses jeunes joueuses sont arrivées", explique l'intéressée. "J'ai donc pensé que c'était le moment idéal pour prendre du recul et voir autre chose."

"Nous avons grandi au même endroit et elle est connu au Canada pour ses performances dans le beach volley donc j'ai pensé que c'était la personne vers qui me tourner. Je lui ai simplement passé un coup de fil pour lui demander si elle connaissait quelqu'un susceptible de jouer avec moi. Elle m'a dit qu'elle pouvait le faire."

Passer le premier tour

Malgré une courte période de préparation pour le Championnat du monde de Stare Jablonki, les Canadiennes sont parvenues à surprendre les Russes Ukolova et Khomyakova en trois sets lundi avant de battre les Australiennes Artacho et Ngauamo 2-1 mercredi pour s'assurer une place dans la phase à élimination directe.

"C'est la première fois que nous disputons un Championnat du monde ensemble et il ne s'agit que de notre quatrième tournoi donc nous sommes très satisfaites de notre jeu", affirme Bansley, qui avait terminé 17e du tournoi mondial à Rome il y a deux ans, aux côtés d'Elizabeth Maloney.

"En revanche, tous les matchs ont été compliqués. Nous avons disputé trois manches à chaque fois. Physiquement, ça a été difficile contre l'Autriche (mardi). Le match contre l'Australie s'est plutôt joué au mental."

Face à Artacho et Ngauamo, Bansley et Pavan avaient remporté le premier set et concédé le second avant de s'imposer au tie-break (21-12 17-21 15-7). "Quand on gagne le premier set avec un tel écart, je pense qu'il est toujours difficile de rester concentré sur le deuxième set. C'est un grand tournoi. Nous voulions bien jouer et assurer une place en tête de la poule donc je crois que nous pensions à trop de choses à la fois."

Savoir reculer

Pour Sarah Pavan, il ne s'agit pas uniquement de cerner ses adversaires mais également de prendre ses marques dans le beach volley. Malgré ces nouveaux défis, la Canadienne prend du plaisir dans cette nouvelle discipline.

"Je joue ailière en salle, je ne suis jamais à la réception donc ça constitue un sacré changement. Le contre et le jeu au filet sont également très différents sur le sable. Au volley, on a une place attribuée et on ne se préoccupe pas tellement du reste. Et le recul du contre n'a rien à voir ; je trouve ça très compliqué."

"Tout le monde est très accueillant. Au volley, chacun à son équipe et on reste entre nous, on ne sort jamais vraiment de notre bulle. Au beach, on n'est que deux et les gens sont très sociables ; on s'entraîne avec les autres équipes, on discute."

Malgré tout, Pavan ne se voit pas encore délaisser la salle pour se concentrer sur le sable. "Je ne suis pas prête à arrêter le volley", assure-t-elle.

"Nous continuerons à jouer jusqu'à fin août, début septembre puis Sarah retournera en salle pour démarrer la saison de volley", explique Bansley. "Pour l'instant, nous avons prévu de jouer à nouveau ensemble l'été prochain. Ensuite, nous nous organiserons en vue des Jeux olympiques."



Page du Championnat du monde FIVB de beach volleyball
Programme féminin Championnat du monde FIVB de beach volleyball
Programme masculin Championnat du monde FIVB de beach volleyball
Équipes féminines qualifiées au Championnat du monde FIVB de beach volleyball
Équipes masculines qualifiées au Championnat du monde FIVB de beach volleyball




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Beach volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines