The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Tous les regards se tournent vers les héros locaux au Championnat du monde

 
Les Polonais Grzegorz Fijalek et Mariusz Prudel portent les espoirs de tout un pays au Championnat du monde
 
Stare Jablonki, Pologne, le 26 juin 2013 – Alors que le Championnat du monde FIVB de beach volleyball débute lundi à Stare Jablonki, les équipes polonaises portent les espoirs des supporters locaux qui espèrent les voir terminer sur le podium.

Les n°1 polonais historiques, Grzegorz Fijalek et Mariusz Prudel, représenteront la meilleure chance de médaille. En phase de poules, ils affronteront les Australiens Isaac Kapa et Christopher McHugh, les Chiliens Esteban et Marco Grimalt ainsi que les Espagnols Inocencio Lario et Javier Montfort.

Cette saison, Fijalek et Prudel se sont montrés réguliers sur le Circuit mondial FIVB et ont notamment décroché la médaille de bronze au Grand chelem de La Haye, leur meilleur résultat cette année. Dans les autres tournois, ils ont régulièrement atteint les quarts de finale, comme c’était le cas aux Jeux olympiques de Londres 2012.

"On ne sait pas vraiment à quoi s’attendre de ces équipes", a admis Fijalek. "Lario a un nouveau partenaire et on voit rarement les cousins Grimalt dans ces tournois. Les Australiens seront peut-être les plus dangereux parce qu’ils ont récemment battu nos amis de l’équipe nationale, Michal Kadziola et Jakub Szalankiewicz."

La deuxième équipe polonaise composée de Kadziola et Szalankiewicz se trouve dans une poule à sa portée avec les Néerlandais qui montent, Alexander Brouwer et Robert Meeuwsen, les Vénézuéliens Leon Colina et Jackson Henrique ainsi que les Tchèques Jan Hadrava et Robert Kufa.

"Nous avons joué plusieurs fois contre les Néerlandais, dans différents tournois, et nous avons déjà gagné", prévient Kadziola. "Cela ne veut pas dire que ce sera le cas au Championnat du monde. Cette année, ils ont fait de grands progrès et nous devrons être prudents face à eux."

"Je dois admettre qu’ils ont obtenu des résultats surprenants", ajoute Kadziola au sujet des volleyeurs tchèques. "Ils ont remporté leur groupe au Grand chelem de Corrientes en Argentine et ils étaient les meilleurs au tournoi Satellite CEV à Montpellier. Ils savent jouer au volley, et la main gauche de Hadrava est leur point fort."

S’il y a bien une équipe polonaise habituée au succès international, c’est celle formée par Piotr Kantor et Bartosz Losiak. Cette année, ils ont remporté la première édition du Championnat du monde M-23, une médaille d’or qui s’ajoute à celles glanées aux niveaux M-21 et M-19.

Les deux hommes ont également commencé à faire leurs preuves sur le Circuit mondial en arrachant la neuvième place à La Haye, comme ils l’avaient faire à Stare Jablonki en 2012.

"À mon avis, ils peuvent dominer leur groupe, mais ils sont aussi capables de finir derniers", estime l’entraîneur des équipes masculines polonaises Martin Olejnak. "Ils auront moins de problèmes que la paire russe (Serguei Prokopiev et Yury Bogatov). Leurs deux autres matchs seront très durs, mais je crois en eux. Je pense qu’ils pourront se qualifier pour le tour suivant."

La quatrième et dernière équipe polonaise a bénéficié d’une wildcard pour ce Championnat du monde. Ce sera un baptême du feu pour Damian Wojtasik et Jaroslaw Lech, qui affronteront les champions en titre brésiliens Alison Cerutti et Emanuel Rego, les Lettons Martins Plavins et Janis Peda ainsi que les jumeaux italiens Matteo et Paolo Ingrosso.

"C’est une poule de très haut niveau, mais une équipe classée 47e ne peut pas espérer un groupe facile", souligne Olejnak. "Si mes joueurs sont dans un bon jour, ils peuvent battre Plavins et Peda ainsi que les frères Ingrosso. On verra bien."

Page du Championnat du monde FIVB de beach volleyball
Programme féminin Championnat du monde FIVB de beach volleyball
Programme masculin Championnat du monde FIVB de beach volleyball
Équipes féminines qualifiées au Championnat du monde FIVB de beach volleyball
Équipes masculines qualifiées au Championnat du monde FIVB de beach volleyball




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Beach volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines