" /> José Loiola, une passion inextinguible | FIVB - Press release
The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

José Loiola, une passion inextinguible

 
La légende brésilienne du beach volley, José Loiola, entraîne aujourd’hui les espoirs américains
 
Umag, Croatie, le 22 juin 2013 – Le Brésilien José Loiola a été l’un des meilleurs joueurs de beach volley de ces dix dernières années. Animé par la passion et la vitalité, il continue aujourd’hui à œuvrer comme entraîneur.

Loiola, 43 ans, a remporté 55 médailles d’or AVP et sur le Circuit mondial et a côtoyé les plus grands. Avec Emanuel Rego, il a remporté le Championnat du monde et le Circuit mondial en 1999 avant de terminer neuvième des Jeux olympiques de Sydney en 2000. L’année suivante, il remportait l’argent avec Ricardo Santos lors du Championnat du monde de Klagenfurt.

"On ne peut pas gagner sans passion"

"La passion a joué un grand rôle dans mes succès. Elle faisait partie de mon jeu et c’est ce qui m’a motivé toutes ces années comme joueur de volleyball. On ne peut pas gagner sans passion. Je fonctionne de la même manière comme entraîneur. Je suis peut-être encore plus passionné, parce que je veux que mes joueurs soient à 100 %."

Loiola s’est rendu au Championnat du monde M-21 d’Umag, la semaine dernière, avec les équipes américaines. Les États-Unis sont devenus sa seconde maison depuis qu’il a été invité à participer au circuit national en 1993. Il entraîne les équipes de jeunes depuis trois ans désormais.

Résidant californien, Loiola se montre très enthousiaste envers les compétitions par tranche d’âge de la FIVB. "Le Championnat du monde junior est un moyen idéal de préparer les sportifs à devenir professionnels. Ils peuvent affronter des joueurs d’autres pays, ce qui leur permet de se faire une idée des compétitions professionnelles. J’aimerais juste qu’il y ait encore plus de tournois pour les jeunes."

Rendre la monnaie de la pièce

Loiola trouve très gratifiant de travailler avec les jeunes. "Je suis heureux avec le volley. Le volley m’a donné tout ce que j’ai dans la vie, et j’ai désormais l’occasion de rendre quelque chose. J’ai toujours pensé que je pouvais aider les autres grâce à mon expérience. C’est agréable. C’est ma passion aujourd’hui. C’est une telle satisfaction de les voir s’entraîner et progresser, et peut-être remporter une médaille d’or dans le futur. C’est tout l’intérêt."

Loiola garde de précieux souvenirs de ses jours sur le sable avec Emanuel et Ricardo, tous deux encore présents sur le Circuit mondial. "Emanuel et moi avons eu beaucoup de succès. Nous étions tous les deux passionnés par le jeu, intenses. On s’entendait très bien à l’époque. Emanuel a toujours su exactement ce que je voulais. Je l’aidais un peu parce que j’étais plus âgé, mais lui aussi m’aidait. C’était super d’avoir un tel échange, c’est bien de savoir que l’on a rendu service à quelqu’un, même un tout petit, pour l’aider à réussir."

Toujours derrière ses compagnons

Le joueur retraité continue de suivre ses anciens partenaires sur le Circuit mondial. "Ça fait plaisir de voir Emanuel encore en activité et à un tel niveau. Il a repris mon rôle avec Alison. Il s’intéresse aux jeunes, au sport, tout comme moi."

Le partenaire actuel d’Emanuel, Alison, connaît bien Loiola lui aussi. "Il vient de ma ville, Victoria. Quand je suis rentré au Brésil en 2001 pour me préparer en vue des Jeux de 2004 avec Ricardo, je me suis entraîné avec lui et Bruno Oscar Schmidt. Je leur ai fourni du matériel et un entraîneur. C’était de bons élèves, très impliqués, toujours à poser des questions. Ils étaient vraiment jeunes à l’époque, ils n’avaient même pas encore joué sur le circuit brésilien. C’est sympa de voir ce qu’ils parviennent à faire aujourd’hui. Voir réussir les gens qu’on a aidés, c’est une grande satisfaction pour moi, encore plus qu’une médaille d’or."

Loiola vit en Californie, où il s’est installé après avoir reçu une invitation, avec Eduardo "Anjinho" Bacil, pour jouer en AVP en 1993."Nous avions battu les légendes américaines Sinjin Smith et Randy Stoklos, nos idoles, à deux reprises sur le Circuit mondial, et on nous avait proposé une wildcard pour le circuit national. On a obtenu assez de points pour y rester. C’est comme ça que j’ai fini par rester aux États-Unis."




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Beach volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines