" /> Le coach japonais Sato prêt à relever un nouveau défi | FIVB - Press release
The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Le coach japonais Sato prêt à relever un nouveau défi

 
Gary Sato, un Japonais de quatrième génération, est le premier entraîneur étranger à se voir confier les rênes de la sélection japonaise masculine
 
Tokyo, Japon, le 15 mai 2013 – L’entraîneur américain Gary Sato, qui s’est vu confier les rênes de l’équipe japonaise masculine en début d’année, se dit prêt et impatient de redonner ses lettres de noblesse à la sélection nippone.

La Fédération japonaise de volleyball (JVA) s’est tournée vers un coach étranger pour la première fois de son histoire après que la sélection masculine a échoué dans les qualifications aux Jeux olympiques de Londres l’an passé.

Le président de la JVA Taizaburo Nakano avait annoncé un changement radical en début d’année après l’échec des hommes de Tatsuya Ueta, le prédécesseur de Sato.

"Il nous faut oublier les gloires passées et recommencer à zéro", avait déclaré Nakano. "Je pense qu’un entraîneur étranger capable de regarder la sélection japonaise de manière objective aura le courage de mettre une nouvelle stratégie sur pied."

Sato, ancien coach adjoint de l’équipe masculine des États-Unis, a été nommé en février et, en plus de la qualification pour les Jeux de Rio de Janeiro en 2016, vise à préparer le Japon à la lutte pour une médaille olympique.

"Mon objectif, et j’espère que ça sera celui de l’équipe et de tout le monde, est d’aller chercher une médaille", affirmait l’intéressé.

Durant ses nombreuses années à la tête de la sélection américaine, Sato a permis aux États-Unis de décrocher l’or à Séoul en 1988 puis le bronze à Barcelone quatre ans plus tard.

Il était par ailleurs entraîneur adjoint lors de l’édition 2012 où les Américains ont terminé cinquièmes. Sato avait prévu de s’octroyer une pause après les Jeux de Londres afin de passer plus de temps avec sa famille mais s’ennuyait loin des terrains et n’a pas su résister à l’offre de la Fédération japonaise.

"Le volleyball me manquait et j’ai eu cette offre. Par le passé, le Japon avait évoqué la possibilité de faire appel à un entraîneur étranger mais n’était jamais passé à l’acte, le système étant ce qu’il est. Finalement, quand le projet a commencé à se concrétiser, je me suis dit que ça me plairait d’en faire partie. C’est un véritable défi pour moi. Je me disais que ça devait être quelque chose de fascinant et je ne suis pas déçu jusque-là."

Pour ce Japonais de quatrième génération, en apprendre plus sur le pays de ses ancêtres est un plus.

"
C’est amusant car je vais beaucoup apprendre. Toutes les trois ou quatre minutes, j’apprends quelque chose de nouveau dans plein de domaines différents", expliquait-il.

"
Aux États-Unis, nous avons depuis toujours un énorme respect pour le volleyball nippon. Alors que le sport commençait à se développer, les Japonais nous ont tendu la main et nous ont aidés à le faire grandir. J’aime être ici."

Les Japonais ont vu leur rêve de participer à une deuxième olympiade de rang s’envoler en juin denier lorsqu’ils ont terminé quatrièmes du tournoi de qualification olympique. De son côté, la sélection féminine a décroché le bronze à Londres, soit sa première médaille aux Jeux depuis 1984.

La mission de Sato, dont le credo est "joue dur, joue intelligemment", est donc de redonner à l’équipe masculine une place de choix sur l’échiquier mondial.

Selon lui, les bases fondamentales sont bien là et s'il se dit impressionné par ce qu’il a vu jusqu’à présent, Sato a souligné la nécessité de faire en sorte que les joueurs réfléchissent en dehors du terrain.

"Les entraîneurs précédents ont mis en place un nombre important de fondamentaux disciplinaires sur lesquels je peux m’appuyer donc c’est une très bonne chose. J’aimerais que les joueurs soient plus responsables, se remettent plus en question et se montrent plus créatifs. Je leur donnerai de nombreuses informations qu’ils pourront exploiter et développer. Je veux simplement qu’ils deviennent plus ingénieux et trouvent une façon de gagner les matchs sans que j’aie à leur dire 'fais ceci' ou 'fais cela'. Je préfère laisser les gens prendre des initiatives plutôt que d’avoir à les pousser constamment."

Le nouvel entraîneur s’est dit particulièrement impressionnée par Yusuke Ishijima , le réceptionneur-attaquant de Sakai Blazers, mais a également manifesté son désir de faire appel à des joueurs moins utilisés.

"Je l’ai toujours vu (Ishijima) jouer à un niveau très haut et très régulier et j’en suis très satisfait. Il y a quelques blessés mais je les ai suffisamment vus évoluer ces dernières années pour penser qu’ils répondront présents une fois rétablis."

Sato et ses joueurs se rassembleront au Centre d’entraînement national d’Akabane, à Tokyo, du 21 au 29 mai avant de s’envoler pour Hwasung, en Corée, afin d’y affronter leurs grands rivaux lors de la première semaine du tour intercontinental de la Ligue mondiale FIVB qui débute le 1er juin.

"Ça sera l’occasion pour les jeunes joueurs ou pour ceux qui ont eu peu de temps de jeu d’accumuler de l’expérience", déclarait Sato. "Nous n'aurons pas beaucoup de temps (en rassemblement) donc je ferai quelques modifications mineures au niveau technique et j’en profiterai pour donner les grandes lignes de la stratégie collective comme les règles sur les contres, les règles sur le bon pourcentage de jeu, ce genre de chose. Des idées générales qui permettront d’éveiller les esprits."

Le Japon a été versé dans la poule C du tour intercontinental de la Ligue mondiale FIVB avec le Canada, la Corée, la Finlande, les Pays-Bas et le Portugal. Le vainqueur du groupe sera qualifié pour les finales de la Ligue mondiale qui se dérouleront du 17 au 21 juillet à Mar del Plata, en Argentine.





 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines