" /> Le duo surprise Huber/Seidl en quête de succès à domicile | FIVB - Press release
The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Le duo surprise Huber/Seidl en quête de succès à domicile

 
"Je ne trouve pas les mots pour décrire et imaginer ce que l’on ressentirait en remportant une médaille chez nous devant 10 000 fans", déclarait Huber à propos du Championnat d’Europe organisé à Klagenfurt cette année
 
 Vienne, Autriche, le 29 avril 2013 – Ils courraient après le succès et ont fini par l’atteindre. Le week-end dernier, Alexander Huber et Robin Seidl sont devenus la quatrième paire autrichienne capable d’accrocher un podium en tournoi FIVB. En obtenant le bronze à l’Open de Fuzhou, les deux acolytes ont signé la meilleure performance de leur carrière et récolté les fruits de leur persévérance et de leur détermination à se relever malgré les échecs.

Mais comment y sont-ils parvenus ? "C’est difficile à expliquer", reconnaissait Alexander Huber, 27 ans. "Je dois dire que la préparation pour cette nouvelle saison s’est extrêmement bien passée. Durant la trêve hivernale, nous avons pu régler quelques aspects du jeu et tester ces changements en avril lors du tournoi Satellite CEV d’Antalya. Nous avons à nouveau peaufiné ces modifications en vue du déplacement à Fuzhou pour le premier tournoi FIVB de l’année. Cela nous a certainement aidés et même si c’était un peu risqué de changer nos habitudes et nos tactiques, ça a payé."

Huber et Seidl font partie de ces duos habitués à démarrer les saisons sur les chapeaux de roue. "Nous démarrons toujours très fort et l’an dernier nous avons enregistré notre meilleur résultat sur le Circuit mondial en terminant 13es au tournoi initial de Brasilia", rappelait Huber. "Cette année, nous devrions être capables de continuer sur notre lancée pour bonifier cette tendance."

En dépit de quelques revers en poule après être passés par la phase de qualification, les 28es mondiaux n’ont pas baissé les bras et ont remporté tous leurs matchs pour se hisser jusqu’en demi-finales. En chemin, ils se sont d’ailleurs payé le luxe de battre deux duos ayant triomphé sur le Circuit mondial FIVB. "Après être venus à bout d’une légende comme Todd Rogers, on avait l’impression que rien ne pouvait nous arrêter. Et après avoir éliminé Ricardo au tour suivant, on en a définitivement terminé avec nos complexes", expliquait Huber.

Ce n’est pas la première fois qu’Huber et Seidl créent la surprise. À Klagenfurt (Autriche), la saison passée, ils avaient régalé leurs fans en devenant l’unique duo capable de venir à bout des Néerlandais Reinder Nummerdor et Richard Schuil, meilleure équipe du tournoi et quatrièmes aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

Mais malgré quelques bons résultats, les Autrichiens avaient manqué de régularité.
"Nous rêvions de nous qualifier pour les JO de Londres mais notre positionnement au classement mondial ne nous le permettait pas. Notre seule chance d’y parvenir était de remporter la Coupe continentale. Nous avions réussi à décrocher le précieux sésame à Moscou où nous étions associés à Clemens Doppler et Alexander Horst pour la phase finale de la Coupe continentale. Mais au final, notre Fédération les a choisis eux pour former l’équipe olympique et nous étions évidemment très en colère. Nous avons beaucoup parlé de cette décision mais nous restions dubitatifs et ne savions pas si nous voulions continuer ou non", révélait le joueur de 27 ans.

Les discussions prirent fin suite à une proposition de Seidl : chacun préparerait la saison suivante de son côté jusqu’au mois de décembre. "Cette pause nous a permis de mieux nous entendre. Nous avons la chance d’avoir Hans, le frère d’Alexander, à nos côtés. Il connaît nos forces et nos faiblesses depuis le début de notre carrière. Nous avons également trouvé un entraîneur, l’Australien Tristan Boyd, avec qui nous nous entendons très bien", analysait pour sa part Seidl. Et leurs choix ont été récompensés de la plus belle des manières avec le bronze décroché en Chine samedi. Toutefois, le duo espère faire encore mieux cette saison, notamment lors du Championnat d’Europe qui se tiendra à Klagenfurt, leur ville d’origine. "Ça sera le temps fort de la saison 2013 pour nous. Je ne trouve pas les mots pour décrire et imaginer ce que l’on ressentirait en remportant une médaille chez nous devant 10 000 fans", déclarait Huber à l’évocation de son rêve de gloire à domicile ; une expérience qu’il a déjà vécue en 2006, année où il avait remporté l’or au Championnat d’Europe M-23 à Sankt Pölten aux côtés de Felix Bläuel.

Si Huber est issu d’une famille de volleyeurs, Seidl, lui, est arrivé au beach volley un peu par hasard. Son père, un instituteur spécialisé dans l’enseignement adapté aux élèves et aux enfants ne maîtrisant pas parfaitement l’allemand, est également entraîneur de tennis. Sa mère, originaire des Pays-Bas, lui a valu son surnom de "Hollandais volant". Ses deux sœurs jouent au volley depuis de nombreuses années en premières divisions autrichienne et allemande. Louise a d’ailleurs participé à la plus grande compétition européenne de club, la Ligue des champions de volleyball de la CEV avec le SVS Post SCHWECHAT. Avant d’opter pour le volley, Seidl s’est d'abord essayé au tennis, au hockey sur glace, au tennis de table et au saut à ski. Il se décide pour le volley à l’âge de 14 ans et s’affirme rapidement comme un joueur particulièrement prometteur à Klagenfurt, aux côtés de son coéquipier Alexander "Xandi" Huber. À deux doigts d’intégrer la sélection nationale de volleyball, les deux joueurs décident finalement de se mettre au beach volley, une discipline où Seidl ne tardera pas à décrocher ses premiers succès sur le sable : après seulement deux saisons, il remporte le championnat M-20 et le sélectionneur Stefan Hömberg décide de faire appel à lui pour alimenter l’équipe australienne de beach volley (TABV), un groupe dans lequel figure également Huber depuis 2002.

Depuis, il a figuré dans toutes les sélections de jeunes et, au même titre que les sœurs Stefanie et Doris Schwaiger, il est considéré comme l’un des meilleurs "produits" du programme de développement du beach volley mis en place par la Fédération australienne de volleyball.

Les résultats de la paire Huber/Seidl

13e – Open FIVB de Brasilia (BRA) 2012
17e – Grand chelem FIVB de Klagenfurt (AUT) 2011 et 2012
17e – Grand chelem FIVB de Stare Jablonki (POL) 2012    
2e – Tournoi Satellite de la CEV à Baden (AUT) et à Lausanne (SUI) 2011
3e – Tournoi Challenger de la CEV à Varna (BUL) 2011  
3e – Tournoi Satellite de la CEV à (AUT) 2012
4e – Masters CEV à Novi Sad (SRB) 2011 et 2012
3e – Open FIVB de Fuzhou (CHN) 2013





 Language(s)
   English
   German
   Spanish
   French

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Beach volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines