The HeadquartersCorporate ProfileThe OrganisationFIVB Story
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
NEWS

Hugh McCutcheon optimiste à propos de l’entraîneur de l’équipe féminine américaine

 
 

Lausanne, Suisse, le 15 février 2013 – Après avoir mené l’équipe féminine américaine à la médaille d’argent lors des Jeux olympiques de Londres, Hugh McCutcheon a annoncé sa décision de quitter USA Volleyball pour entraîner l’équipe féminine de l’Université du Minnesota. FIVB.org a récemment eu l’occasion de s’entretenir avec lui pour discuter de sa décision et de son évaluation de l’actuel entraîneur des volleyeuses américaines, Karch Kiraly.

On m’a souvent demandé ce qui m’avait poussé à quitter le volleyball international pour le volleyball universitaire.

Après les Jeux olympiques de Beijing, j’ai eu le sentiment que mon parcours avec l’équipe masculine américaine touchait à son terme parce que nous avions atteint tous les objectifs que nous nous étions fixés. J’étais dans l’équipe depuis sept ans, je l’avais assistée à Athènes puis entraînée à Beijing. Je recherchais un nouveau défi et je voulais savoir ce qui se passerait si nous prenions certains des principes d’entraînement utilisés chez les hommes et que nous les appliquions à l’équipe féminine. C’était un peu risqué, mais cela a été un processus fascinant.

Après les Jeux olympiques de Londres, le passage au volleyball universitaire m’a semblé naturel. Le nombre d’hommes qui pratiquent le volleyball à l’université aux Etats-Unis est très faible, contrairement aux femmes, dont le nombre est bien plus élevé. Si nous voulions construire un modèle de succès durable, cela ne pouvait être qu’avec le volleyball féminin. J’étais désireux d’investir dans un processus assorti d’une vision sur 20 ans, au lieu des cycles plus cours de quatre ans dans lesquels nous avions travaillé jusque-là.

Je suis heureux que Karch Karily ait accepté le principe de reprendre l’équipe féminine américaine après moi. En tant que joueur, Karch réussissait très bien à déchiffrer le jeu et permettait à ses coéquipiers de s’améliorer. Ayant eu l’occasion de travailler avec lui, je puis m’en porter garant, que ce soit en sa qualité d’entraîneur ou tout simplement comme être humain. Je sais qu’il dirigera bien l’équipe; je suis très heureux qu’il ait accepté ce poste et qu’il continue le travail que nous avons entamé. Avec Karch comme entraîneur, l’équipe bénéficiera d’une continuité dans la philosophie qui a été mise en place depuis quatre ans.

Cela ne fait que cinq mois que j’ai quitté le volleyball international pour prendre mes nouvelles fonctions avec les Gophers de l’Université du Minnesota. Je ne suis pas certain d’avoir suffisamment de recul par rapport à l’expérience olympique pour réfléchir à ce que cela signifie. Mais je peux dire qu’ayant été des deux côtés d’une finale olympique, je n’ai aucun regret immédiat. Aux Jeux olympiques de Londres, nous avons fait tout ce que nous pouvions pour gagner. A un certain moment, il faut s’en contenter.

Est-ce que je reviendrai à l’entraînement sportif international? Je n’en sais rien – il ne faut jamais dire jamais. Je pense que je suis parti à une époque où les choses pouvaient devenir intéressantes. L’augmentation du nombre d’équipes au Grand Prix mondial, par exemple, est excellente pour permettre à davantage de pays d’avoir l’occasion de jouer, surtout au début d’un nouveau cycle quadriennal où tout le monde entame sa préparation pour les prochains Jeux olympiques. De même, le fait de différencier les équipes sur la base du classement garantit un niveau de compétition plus soutenu, et je pense que c’est important pour que la qualité de la compétition reste la plus élevée possible.

J’ai des sentiments très forts à propos du volleyball international et il se pourrait que je décide d’y revenir. Mais pour l’instant, ma décision de me lancer dans l’entraînement universitaire semble être la bonne et elle s’avère bénéfique, que ce soit pour ma vie de famille ou pour assurer un bon équilibre entre le domaine professionnel et la sphère privée.

Né à Christchurch (Nouvelle-Zélande), Hugh McCutcheon est l’ancien entraîneur en chef des équipes nationales de volleyball des Etats-Unis (masculine et féminine). Actuellement, il est l’entraîneur en chef de l’équipe féminine de volleyball de l’Université du Minnesota. McCutcheon a mené l’équipe masculine américaine à un titre de Ligue mondiale et à une médaille d’or olympique à Beijing, et l’équipe féminine à trois titres de Grand Prix mondial et à une médaille d’argent aux Jeux olympiques de Londres en 2012.


 





 Language(s)
   English
   French
   Spanish

 Additional links
   Download high-resolution photo
   FIVB home page
   Volleyball home page

LATEST NEWS

Latest headlines