Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
HEADLINES

Les adieux déchirants de Velasco à l’Iran

 
Depuis 1974, plus de 14 entraîneurs de différents pays ont dirigé l’Iran, mais Velasco est considéré comme étant le plus populaire
Téhéran, Iran, le 16 février 2014 – Vendredi, Julio Velasco a fait ses adieux à l’équipe qu’il a menée vers deux titres de champion d’Asie historiques et une qualification pour le Championnat du monde FIVB masculin. Il va entraîner l’équipe masculine d’Argentine.

Depuis 1974, plus de 14 entraîneurs de différents pays ont dirigé l’Iran, mais Velasco est considéré comme étant le plus populaire.

"Velasco a donné de la joie à notre nation et a provoqué un état de béatitude nationale", a déclaré le ministre des Sports Mahmoud Goudarzi. "Il a accéléré le progrès du volleyball. Lors de son mandat au poste de sélectionneur de l’Iran, le volleyball a obtenu d’excellents résultats. Pour nous, toute personne donnant du bonheur à notre nation ou faisant progresser notre pays est des nôtres, même si elle n’est pas née en Iran. Nous nous souviendrons de lui à jamais, dans nos têtes et nos cœurs. Velasco a entraîné la joie nationale, son travail auprès de ses joueurs a donné le sourire aux plus jeunes."

Accompagné de sa femme, Velasco a rejoint ses joueurs et les responsables sportifs à l’hôtel Olympic pour faire ses adieux à l’Iran.

"Je suis profondément touché de dire au revoir au volleyball iranien", a déclaré Velasco. "Lors des dernières semaines, [le président de la Fédération iranienne de volleyball, Mohammad Reza] Davarzani a tout fait pour me convaincre de changer ma décision et de rester en Iran, mais je reste sur ma décision, même si elle n’est pas professionnelle. Lors de mon séjour en Iran, j’ai remarqué que les Iraniens étaient très patriotiques. J’espère que grâce à cela, les gens comprendront ma situation et mon envie de retourner dans mon pays. Je retourne en Argentine pour remplir mon devoir dans mon pays natal.

"Le succès de l’Iran est dû à deux facteurs : tout d’abord, les joueurs. Deuxièmement, les bonnes conditions de travail. Je suis heureux d’avoir choisi l’Iran, non seulement pour les bons résultats avec l’équipe nationale, mais aussi parce que j’ai pu découvrir la culture du pays.

"J’espère que l’Iran poursuivra son succès aux Jeux olympiques. J’espère que les joueurs continueront à suivre le chemin que nous avons tracé ensemble, qu’ils continueront à travailler, qu’ils se souviendront des consignes que je leur ai données, et qu’ils les appliqueront. Ils ont un très fort potentiel et de grandes qualités. Ce sont de grands joueurs.

"Je suis sûr et certain que l’Iran obtiendra d’autres succès à l’avenir et qu’il ira loin aux Jeux olympiques de Rio 2016. Pour moi, un succès de l’équipe aux JO serait un cadeau de la part des joueurs iraniens.

"J’aurais adoré rester avec l’équipe d’Iran jusqu’à la fin du Championnat du monde FIVB masculin. Cette équipe va aller loin, mais mon pays de naissance a besoin de moi. On m’a demandé de l'aider.

"Je ne couperai jamais les ponts totalement avec le volleyball iranien. L’Argentine est tout simplement une autre histoire. C’est mon pays. Je l’ai quitté il y a 31 ans et j’ai le sentiment d’avoir des responsabilités envers mes compatriotes. Malheureusement, le temps passe vite. C’est la dernière chance que j’ai d’être au service de mon pays. Je ne veux pas rater cette occasion.

"Un bon entraîneur est un bon maître. Si un bon professeur a donné ses leçons correctement, il n’y a pas besoin de les répéter. J’ai inculqué cette vision des choses à mes joueurs. Il y a peut-être certains entraîneurs professionnels qui pensent que s’ils quittent l’équipe, elle n’obtiendra plus de bons résultats. Mais le succès d’un entraîneur se remarque à ce moment-là : lorsqu’il quitte l’équipe, ses joueurs sont capables de rééditer leurs succès."

Velasco était sous contrat avec la Fédération iranienne de volleyball jusqu’à la fin 2014, et le projet était de le prolonger jusqu’aux JO 2016 selon le président de la Fédération, Mohammad Reza Davarzani.

"Son départ en plein milieu nous laisse un peu amer", a-t-il dit. "Nous espérons que les joueurs continueront sur la voie montrée par Velasco afin d’atteindre les objectifs de 2016."




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

Download highresolution

| More

LATEST HEADLINES

Latest news