Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
HEADLINES

La passeuse kenyane Wacu et sa passion pour le volleyball

 
La Kenyane Jane Wacu rêve d’un 8e titre au Championnat d’Afrique des Nations féminin
Nairobi, Kenya, le 17 septembre 2013 – La passeuse Jane Wacu, considérée comme l’une des cadres de l’équipe nationale féminine du Kenya, lutte actuellement pour décrocher son 8e titre continental au Championnat d’Afrique des Nations féminin 2013 à Nairobi, dans son pays.

La passeuse sur laquelle a reposé la plupart des victoires de son pays et de son club tente donc de remporter son huitième titre continental en 16 éditions avant de retrouver son club de Prisons qui disputera le Championnat du monde FIVB des clubs en Suisse et qui représentera l’Afrique pour la quatrième fois de suite.

"Je pense qu’on est bien en place pour conserver le titre pour la deuxième année de suite et la huitième au total. On est prêtes à se mesurer à n’importe qui", déclarait Wacu après un troisième succès de rang dans le tournoi. "On a plusieurs stratégies selon l’adversaire et on sait qu’on peut le faire."

Wacu a vécu un véritable tournant dans sa vie en choisissant le volleyball à la place des autres sports qu’elle pratiquait, comme le football et l’athlétisme. Mais au moment de faire son choix, elle n’avait pas compris qu’elle allait devenir l’une des icônes de l’équipe nationale féminine du Kenya des années plus tard et qu’elle allait être couronnée championne d’Afrique avec son club et son pays.

À l’âge de 8 ans, elle était surtout connue pour ses capacités de sprinteuse. Elle était déjà beaucoup plus rapide que ses camarades du primaire, ce qui a poussé ses professeurs d’éducation physique à la sélectionner dans l’équipe d’athlétisme afin qu’elle participe aux courses de sprint.

"Mes professeurs pensaient que j’avais du talent pour courir les 100 et 200 mètres, mais aussi pour le saut en longueur et en hauteur", se souvient Wacu. "Je m’entraînais déjà pour ce genre d’épreuves."

Le plus dur pour elle était de jongler avec les nombreux sports à sa disposition. Elle faisait notamment partie de l’équipe de foot de son école et fut choisie pour l’équipe de sa région. "Quand j’ai eu 16 ans, j’ai dû choisir entre le volley, le foot et l’athlétisme", raconte Wacu. "Et j’ai eu le déclic quand les deux entraîneurs de l’équipe nationale David Lung’aho et Paul Bitok sont venus me voir à l’école pour me sélectionner pour la première fois en équipe nationale de volleyball du Kenya. Cette annonce m’a fait énormément plaisir, mais je ne savais pas trop où j’en étais car ils m’ont dit que je devais laisser tomber les autres sports et me concentrer sur le volley."

Elle n’a pas réfléchi très longtemps, elle qui avait déjà un petit faible pour le volleyball. Elle savait aussi qu’elle avait un avenir dans ce sport.

"J’ai pris ma décision en quelques minutes et même quand le coach d’athlétisme m’a demandé de participer à un sprint, je lui ai dit que ma carrière dans ce sport était finie et que je devais me concentrer sur mon sport prioritaire : le volley", ajoute-t-elle. "Mais j’ai vraiment profité de l’athlétisme et du foot : ils m’ont donné de la souplesse et de la vitesse que j’ai pu utiliser à bon escient en volley."

Après avoir débuté attaquante en club, elle devenait passeuse sur le conseil de son coach, afin d’utiliser au mieux ses capacités athlétiques.

Alors qu’elle n’avait que 18 ans, elle avait déjà sa place en équipe nationale kenyane. En 2006, elle évoluait au Kenya Pipeline, le club le plus titré en Championnat d’Afrique des clubs.

"Après le lycée, on m’a proposé un boulot de représentante au Kenya Prisons et j’ai donc décidé de quitter Pipeline pour représenter Prisons où je travaillais", explique Wacu. "Ce n’était pas une décision facile parce que Pipeline était le plus grand club kenyan et le meilleur en Afrique, mais je devais me lancer un nouveau défi avec Prisons en 2007."

L’année suivante, Prisons remportait le Championnat d’Afrique des clubs au Caire en 2008 aux dépens des Égyptiennes d’Al Ahly et des Algériennes de Mouloudia.

Wacu allait mener son équipe vers quatre titres de suite dans cette compétition en 2010 (Maurice), 2011 et 2012 (Kenya) puis 2013 (Madagascar), soit cinq coupes en six ans. Elle a aussi représenté l’Afrique à trois reprises au Championnat du monde des clubs FIVB au Qatar et se prépare à rempiler une quatrième fois en Suisse.

Par ailleurs, Wacu a réussi, avec le Kenya, à conserver la médaille d’or du Championnat d’Afrique des Nations 2011 et a peaufiné son palmarès en remportant la Coupe du monde 2011 au Japon.

"J’ai hâte de vivre de nouvelles aventures en jouant le Championnat du monde des clubs une quatrième fois", poursuit Wacu. "Ce sera une bonne occasion d’évoluer à ce niveau, avec l’expérience acquise aux éditions précédentes."



 Language(s)
   English
   French
   Spanish

Download highresolution

| More

LATEST HEADLINES

Latest news