" /> Le discours émouvant du président de la CEV lors des 40 ans de la Confédération européenne | FIVB - Headlines
Volleyball StoryChronological HighlightsBeach Volleyball OriginsRulesFundamentals
CompetitionsCalendarWorld RankingsOfficial RulesOfficial FormsVolleyball Story
CompetitionsPlayer BiosWorld RankingsRulesFormsBeach Volleyball OriginsRefereeing
Volleyball Cooperation Programme (VCP)Development CentresTechnical e-libraryTechnical Video EvaluationU-VolleyInternational CooperationMini/School VolleyballPark Volley
Contact l RSS RSS Facebook Twitter YouTube l Login
HEADLINES

Le discours émouvant du président de la CEV lors des 40 ans de la Confédération européenne

 
Le président de la Confédération européenne de volleyball André Meyer lors de son discours à l’abbaye de Neumünster, dans la ville de Luxembourg, samedi soir lors de la célébration du 40e anniversaire de la CEV
Luxembourg, le 4 mai 2013 – Afin de clore une journée mémorable qui avait débuté par l’inauguration des locaux ultra modernes de la Confédération européenne de volleyball (CEV) dans la ville de Luxembourg, le président de la CEV André Meyer s’est adressé à ses invités – parmi lesquels se trouvaient notamment le président de la FIVB, le Dr Ary S. Graça F° – depuis l’estrade aménagée dans l’abbaye de Neumünster où la CEV fêtait samedi son 40e anniversaire. "À l’heure où nous préparons les 40 prochaines années, notre recette va rester la même : engagement, dévotion, passion totale pour ce sport mais avant tout travail d’équipe sur et en dehors du terrain de volleyball", a déclaré M. Meyer, le regard déjà tourné vers l’avenir après une soirée particulière et émouvante destinée à célébrer les 40 ans de la CEV. "Ensemble, nous pouvons relever tous les défis, traverser des océans et soulever des montagnes."

"
Pantha rei, tout s’écoule", a affirmé le président de la CEV en début de discours en empruntant le célèbre aphorisme du philosophe grec Héraclite. "Le temps semble véritablement s’envoler alors que certains d’entre nous gardent encore un vif souvenir du 30e anniversaire que nous avons célébré il y dix ans à Milan. Et pourtant, une nouvelle décennie s’est écoulée depuis et nous pouvons affirmer avec fierté que le développement et la croissance de notre sport n’ont pas pris fin. Au contraire, le volleyball et le beach volleyball sont devenus des sports complètement professionnels, largement relayés par la télévision et les autres médias, et cela vient récompenser le travail abattu par notre Confédération en collaboration avec nos partenaires, et en premier lieu les 55 Fédérations membres", a expliqué M. Meyer en présence de 41 représentants des 55 Fédérations nationales affiliées à la CEV.

Sans pour autant chercher à être exhaustif, M. Meyer – président de la CEV depuis 12 ans – a profité de l’occasion pour revenir sur les grandes dates de l’histoire du volleyball européen. "Si la CEV n’existe officiellement que depuis 1973, le besoin de mettre en place une instance institutionnelle chargée de gouverner le sport s’est fait sentir dix ans plus tôt, quand la Commission européenne des sports, formée par les représentants de 18 Fédérations nationales, fut créée en 1963. Le volleyball faisait ses grands débuts olympiques un an plus tard à Tokyo et, face au développement croissant et à l’attrait de milliers de personnes pour cette discipline, nos prédécesseurs en vinrent à la conclusion qu’une organisation plus structurée était nécessaire afin d’accompagner le développement de ce sport."

La CEV voit donc le jour en 1973 à Scheveningen et, grâce au travail des membres du Conseil et de la Commission, elle offre rapidement au volleyball un cadre général et une gouvernance indispensables afin de fournir les grandes lignes d’un développement complexe et de faire face aux défis découlant de son évolution continue.

Le président de la CEV a également tenu à rendre hommage aux précurseurs qui, dès les années 1970, ont démarré l’aventure de ce sport unique. "La majorité de ceux et celles qui ont contribué à poser les bases de notre Confédération a disparu mais ce soir, nous désirons rendre hommage à toutes les personnes qui étaient prêtes à consacrer leur temps et leur énergie à une cause si ambitieuse. Le monde était bien différent à l’époque et si les pays étaient parfois divisés par des barrières idéologiques et politiques, une cohésion incroyable et unique unissait ceux et celles travaillant à la mise en place de la CEV." Ces personnes partageaient les mêmes visions et les mêmes rêves qui continuent d’animer la famille du volleyball comme l’ambition de libérer le potentiel de ce sport dans le but de répandre des valeurs positives telles que le travail d’équipe, le fair-play et l’amitié véritable. Si le volleyball n’était pas encore un sport professionnel et que le beach volley n'en était qu'à ses balbutiements, l'engagement de tous et leur dévotion laissèrent une trace indélébile dans l’histoire de la CEV et permirent d’ouvrir la voie à l’exceptionnel développement que ce sport allait connaître au cours des années suivantes.

Dans son discours, le président de la CEV a en outre rappelé les principaux points forts du volleyball européen : "Nos compétitions sont notre cœur de métier. À partir des années 1970, nous avons vu les Championnats d’Europe prospérer car, en plus de rassembler une part importante des meilleurs volleyeurs du monde, ils se sont également affirmés comme un véritable temps fort de l’agenda sportif international. Actuellement, nos contrats permettent au Championnat d’être diffusé pratiquement partout dans le monde tandis que des milliers de fans se rassemblent pour assister au moindre match et que deux pays ont décidé d’unir leurs forces afin de coorganiser le principal événement du volleyball européen". Après les Championnats d’Europe, les Coupes d’Europe ont elles aussi connu un essor important ces dernières décennies : dans chaque pays, les clubs rêvent de pouvoir montrer ce dont ils sont capables sur la scène internationale et, après une restructuration visant à s’adapter à son époque, la CEV a mis sur pied un format comprenant trois compétitions différentes offrant chacune du volleyball de qualité mondiale.

Si les anniversaires offrent une bonne occasion de regarder en arrière et de célébrer les gloires passées, le président de la CEV a également saisi l’occasion pour attirer l’attention de son auditoire sur une vision à long terme et un développement durable du sport dans les années à venir. "Comme toute équipe de volley, notre Confédération fonctionne plus ou moins selon un schéma type : nous sommes aussi forts que les plus faibles de nos membres. Nous devons relever les défis pour mettre sur pied une série de mesures et de projets qui prennent en compte les particularités de chacun des 55 pays membres mais, en même temps, nous devons faire en sorte que tous visent un but unique et identique. En ce sens, il est indispensable que les nations qui se démarquent par leur savoir-faire et les résultats obtenus acceptent de partager ces connaissances précieuses avec celles qui cherchent encore leur voie mais se montrent tout aussi motivées et poursuivent le rêve ambitieux de faire du volleyball un modèle à suivre pour tous les autres sports."

La Confédération, a expliqué M. Meyer, doit trouver le bon équilibre entre développement et sport d’élite afin de rester fidèle aux valeurs essentielles du volleyball. "Notre souci premier concerne la jeunesse puisque nous devons tous travailler dur pour développer et mettre en œuvre les mesures permettant d’attirer l’attention des plus jeunes tout en répondant à leurs besoins. Nous devons comprendre comment attirer les jeunes filles et garçons vers le volleyball en sachant que le professionnalisme peut être un bonus mais ne doit pas être le principal objectif. Le volleyball et le beach volley bénéficient d’un potentiel immense dans la promotion d’un style de vie sain et dans la mise en place d’un environnement amical où chacun se sent chez lui, indépendamment de ses qualités physiques ou techniques et de son origine sociale."

"
Par ailleurs, le sport d’élite reste une priorité pour la CEV ; nous ne pouvons et ne devons pas nous endormir sur nos lauriers, et à l’instar de nos prédécesseurs au cours des dernières décennies, il nous faut travailler sur une vision permettant de jeter les bases vers plus de réussite afin de pérenniser les excellents résultats obtenus ces derniers temps."




 Language(s)
   English
   French
   Spanish

Download highresolution

| More

LATEST HEADLINES

Latest news