57
Jerry le Chinois et Maiko la Japonaise, forment l’un de ces couples
internationaux qui ont permis de créer cette ambiance spéciale à
Londres. « Je n’ai pas eu la chance d’assister aux Jeux olympiques de
Pékin, il y a quatre ans, et je ne voulais donc pas rater cette opportunité
»,
dit Jerry.
«
Nous avons des billets pour le match pour la troisième place du
tournoi féminin. Qui sait, peut-être le Japon et la Chine vont-ils en
découdre pour une place sur le podium ? Si c’est le cas, il va y avoir
d’abord une guéguerre familiale ». Le hasard a peut-être eu le nez
creux en offrant la Corée du Sud au Japon et non la Chine !
Path et Steven sont venus, eux de Birmingham, à 200 km au nord
de Londres, pour voir les volleyeurs britanniques plonger dans le
grand bain olympique sur une défaite 3-0 contre la Bulgarie. « Je ne
connaissais pas trop le volleyball et l’équipe de Grande-Bretagne avant
ce match, dit Path, mais c’était vraiment génial de suivre ses débuts
olympiques. Je n’imaginais vraiment pas que le volleyball était si rapide,
ça le rend superbe ».
Jetant un coup d’œil attendri sur les équipes se préparant pour les
autres matches du jour, elle ajoute : « Les joueurs sont vraiment forts
et puissants physiquement. Je viens de voir les Russes s’échauffer
avant leur match contre l’Allemagne et ils semblent encore plus
impressionnants que ceux qui étaient sur le terrain pour le match
d’ouverture ! ».
«
J’adore le rugby, mais je ne savais pas que le volleyball était si sympa
»,
dit Steven. « C’était tout simplement étonnant d’être là pour fêter
la première apparition de nos joueurs aux Jeux olympiques. Qui sait ce
qui aurait pu se passer, s’ils avaient disputé un quatrième set ? Cela
aurait été génial ».
L’Australien Thomas Edgar embrasse sa mère dans les tribunes
Les supporters chinois savent faire la fête
Le premier ministre russe Dmitry Medvedev était là pour encourager les siens
La Bulgarie était protégée par son ange gardien
Les supporters brésiliens montrent à tout le monde comment prendre du bon temps