Facundo Conte a passé une grande partie de sa vie de jeune
adulte à essayer de se défaire de la gigantesque ombre jetée par
son père Hugo, incontestablement le meilleur joueur argentin de
tous les temps. Mais grâce à la campagne des Héros de la FIVB,
l’ailier de 22 ans a peut-être trouvé l’identité qui lui convenait et
avec Londres 2012, le cadre idéal.
Hugo Conte a été un symbole de fierté pour l’Argentine sur les terrains
de volleyball du monde entier pendant plus de 16 ans. Après avoir pris
sa retraite, auréolé d’une médaille de bronze olympique à Séoul 1988
(
et d’une quatrième place à Sydney 2000, à l’âge de 37 ans), Conte
senior s’est attelé à l’entraînement et à suivre la carrière prometteuse de
Facundo.
À 21 ans, l’âge auquel son père a participé à ses premiers Jeux
olympiques en 1984, Facundo a été sélectionné comme vice-capitaine
de l’équipe d’Argentine pour le Championnat du monde FIVB 2010, un
an seulement après avoir contribué à la médaille de bronze obtenue par
son pays au Championnat du monde juniors masculin FIVB 2009.
Chez les juniors, Facundo a connu quelques problèmes. Il était le fils d’une
vedette, une situation pas évidente à gérer lorsqu’on est adolescent.
C’est sans doute ce qui explique pourquoi, en club, il continue à jouer
avec un maillot sur lequel est floqué dans le dos “Facundo” et non
Conte”. Mais avoir pour père Hugo Conte a également ses avantages.
«
Quand j’étais gosse, nous avions un filet dans le jardin et au tout début,
ce n’était même qu’une corde », dit Facundo. « Nous demandions à
notre père de nous apprendre ce qu’il savait, et c’est ce que je continue
à mettre en pratique aujourd’hui : des petites ficelles, contrer, tout quoi.
C’était un excellent prof de volley ».
Conte ravi de
jouer les Héros
Facundo Conte, ici en action avec l’Argentine contre les
hôtes britanniques, à Earls Court
«
Nous demandions à notre père de
nous apprendre ce qu’il savait, et
c’est ce que je continue à mettre en
pratique aujourd’hui : des petites
ficelles, contrer, tout quoi. C’était un
excellent prof de volley »
cSv
52