11
«
Le volleyball fait la synthèse
unique entre la vitesse, l’agilité,
la force et la coordination, il
symbolise l’athlète parfait et si on
y ajoute le scénario d’Earls Court,
on ne pouvait pas rêver d’une
meilleure vitrine pour présenter la
beauté et le pouvoir de séduction
du volleyball »
Les caméras de télévision ont couvert le moindre angle et saisi le moindre
ballon frappé à Earls Court durant la compétition olympique de volleyball
L’ailière italienne Antonella Del Core n’était pas au bout de ses surprises
lorsqu’elle est allée rejoindre son petit ami Francesco dans le public après
le match contre le Japon. Il lui a en effet offert une bague de fiançailles et
comme on peut le voir, il n’a pas été déçu.
Bien entendu, les déceptions n’ont pas manqué tout au long de la
compétition, notamment l’élimination en quarts de finale des Russes,
championnes du monde en titre, et des Polonais, vainqueurs cette année
de la Ligue mondiale. Le pays hôte a dû lui batailler sans relâche, même
si les féminines britanniques ont réussi à battre l’Algérie. Cela n’a pas
empêché Sebastian Coe, le président du LOCOG, d’afficher son énorme
enthousiasme, pour l’épreuve elle-même ainsi que pour l’avenir du sport en
Grande-Bretagne.
«
J’espère que grâce à ces Jeux, de nombreux jeunes vont s’engager et
garantir l’héritage durable du sport après la fin des Jeux », dit-il. « Le
volleyball fait la synthèse unique entre la vitesse, l’agilité, la force et la
coordination, et symbolise l’athlète parfait. Si on y ajoute le scénario d’Earls
Court, on ne pouvait pas rêver d’une meilleure vitrine pour présenter la
beauté et le pouvoir de séduction du volleyball ».
L’Espagnole Susana Maria Rodriguez Jativa, l’une des cinq femmes arbitres
internationales de la FIVB présentes à Londres ; toutes les cinq ont officié le
premier jour, une première lors d’une compétition olympique de volleyball