Rares sont les athlètes qui peuvent dire qu’ils sont entrés dans
l’histoire, mais le duo vénézuélien de beach volley Igor Hernandez et
Jesus Villafane peut pourtant s’en prévaloir à jamais.
Lorsqu’ils ont obtenu leur billet pour les Jeux olympiques de Londres 2012
à la faveur d’une victoire sur le Chili dans la manche sud-américaine de la
Coupe continentale, ils ont offert pour la première fois cet honneur à leur
pays. Leur qualification est venue couronner plusieurs années de sacrifices
et de temps passé loin de leurs familles, à la poursuite de leur rêve sportif.
À 35 ans, Hernandez qui est père de deux enfants, est l’élément expérimenté
du tandem. Il évolue sur le Circuit mondial FIVB SWATCH depuis 2000. « Je
ne peux pas définir ce que représente pour moi le volleyball », dit-il. Grâce
à ce sport, j’ai atteint tout ce que j’ai dans la vie. Je lui ai dédié beaucoup
d’heures et d’années, car il coule dans mes veines.
«
Je passe beaucoup de temps à voyager et à m’entraîner, si bien que lorsque
j’ai du temps libre, j’essaie de le passer avec mes enfants », dit-il. « C’est la
chose la plus difficile de ma vie d’athlète, être loin d’eux car ils constituent
mon moteur pour travailler chaque jour. Je leur parle tous les jours avant et
après l’entraînement, quand ils se lèvent et avant qu’ils se couchent ».
À 25 ans, Villafane perpétue pour sa part une riche tradition familiale. Vilma,
sa mère, a été un pilier de l’équipe vénézuélienne de volleyball et elle continue
à jouer sur le circuit national des vétérans. Son fils a été considéré comme
l’un des grands espoirs du sport vénézuélien dès 2006 lorsqu’il a disputé les
Championnats du monde FIVB juniors.
«
Nous avons toujours travaillé dans l’optique des Jeux olympiques », explique
Villafane. « C’était le rêve de toute l’équipe nationale et même si Igor et moi
sommes les seuls à y être allés, c’est quand même la réussite de toute une
équipe vis-à-vis de l’objectif fixé ».
Le Venezuela laisse
son empreinte dans
le sable
Igor Hernandez face au Néerlandais Richard Schuil,
lors de leur match d’ouverture
Jesus Villafañe se baisse pour récupérer le ballon
cSv
50