19
J’en doute
»
La Brésilienne Sandra Pires
a décroché l’or l’année où
le beach volley a été admis
comme sport olympique, en
1996.
Elle a également obtenu
le bronze en 2000 et s’est
classée cinquième en 2004.
«
En tant que Brésilienne, j’ai énormément souffert
lors de la demi-finale entre Juliana et Larissa
et les Américaines Kessy et Ross. Après avoir
gagné le premier set, les Brésiliennes semblaient
contrôler le match, mais les Américaines ont alors
changé de tactique et ont commencé à servir
systématiquement sur Larissa, ce qui se produit
rarement. En deux temps trois mouvements, elles
sont revenues dans le match. En fin de partie,
elles ont fait moins de fautes et Juliana et Larissa
n’avaient pas de solutions cette fois ».
«
J’ai pensé à Misty May-Treanor et Kerri Walsh,
et j’ai beaucoup pleuré car je sais ce que cela
représente de talent, d’engagement, de sacrifices,
de passion, d’amour du sport, d’entraînement, et
de force mentale et émotionnelle pour concourir
à ce niveau. Si quelqu’un s’est montré à la hauteur
du thème des Jeux olympiques de cette année,
«
Inspirer une génération », c’est bien cette
formidable équipe américaine.
«
L’ambiance était vraiment géniale à Londres, et
pour Rio 2016, nous avons beaucoup de travail en
perspective si nous voulons rivaliser avec Horse
Guards Parade et les souvenirs qui s’y rattachent.
Le sable était parfait, le stade magnifique et la
musique géniale. Quant aux spectateurs, oh la
la, je n’en revenais pas qu’autant de milliers de
personnes soient là à chaque fois, dans le plus
grand stade de l’histoire olympique ».