FIVB VolleyWorld 9/2013 - Français - page 11

reste à parcourir pour être compétitifs sur la scène mondiale. La
semaine a néanmoins été riche en enseignements. Ces leçons n’ont
pas été faciles, mais nous avons énormément appris».
Même les futures finalistes brésiliennes et chinoises ont connu
parfois des difficultés. Les Sud-Américaines ont ainsi baissé pavillon
devant la Bulgarie lors du tour préliminaire, alors que les Asiatiques
restaient sur une série de 13 victoires consécutives avant d’affronter
les championnes olympiques pour le titre.
La Bulgarie, néophyte de la compétition, a été l’équipe-surprise de ce
Grand Prix mondial, en battant le Japon chez lui, 3-0. Les Bulgares ont
cependant manqué le train de la phase finale après leur défaite 3-2
contre les États-Unis, une performance qui a suscité les compliments
de Kiraly, l’entraîneur américain. «Elles ont disputé un formidable
Grand Prix», dit-il. «Avec ces nombreuses jeunes joueuses, elles se
préparent un bel avenir».
La formidable forme des Bulgares est en grande partie à mettre au
crédit de Marcello Abbondanza, leur entraîneur, qui commence à
assembler une nouvelle grande puissance du volleyball.
«J’ai été très fier de mon équipe d’un bout à l’autre de ce Grand Prix
mondial», dit-il. «C’est une première pour nous dans le Grand Prix
et une première aussi au niveau international. Nous avons montré la
puissance de notre équipe dans cette compétition».
Bien que l’Italie n’ait pour sa part terminé que cinquième de la phase
finale, elle a pu au moins se consoler avec l’émergence d’une nouvelle
star, Valentina Diouf, auteur de 110 points pour ses couleurs et sacrée
Meilleure marqueuse du tournoi. Le Japon, pays organisateur, n’a pas
eu cette chance, lui qui court toujours après un podium du Grand
Prix, après sa défaite contre la Serbie dans la petite finale.
«L’équipe a fait des fautes sur des points importants: il est donc
logique qu’en laissant passer les occasions, elle ne gagne pas. Cela
dit, ce tournoi, qui a permis aux jeunes joueuses d’affronter les
meilleures équipes du monde sera précieux pour l’équipe», souligne
Masayoshi Manabe, l’entraîneur japonais. «Je ne suis pourtant pas
satisfait car nous n’avons gagné qu’une seule rencontre. Dans les
matches qui vont en cinq sets, il est clair que cette équipe ne peut pas
gagner et nous devons régler cela».
Le niveau de ce Grand Prix
mondial a été incroyablement
élevé.
L’Italienne Valentina Diouf a été sacrée Meilleure marqueuse de la phase
finale avec 110 points
Kirch Kiraly, l’entraîneur américain, espère bien aider sa jeune équipe à
progresser
11
I...,1,2,3,4,5,6,7,8,9,10 12,13,14,15,16,17,18,19,20,21,...26
Powered by FlippingBook