Leurs compatriotes Karla Borger et Britta Büthe ont gravi une marche
supplémentaire en terminant deuxièmes, leur tout premier accessit
dans une compétition de la FIVB. Ce classement est venu couronner
une période incroyable au cours de laquelle la paire allemande a
décroché son meilleur résultat, une quatrième place dans le Grand
chelem de Rome, assortie d’un titre de Meilleure joueuse pour Karla
Borger.
Si vous ajoutez à cela le fait que les champions olympiques masculins
-
Julius Brink et Jonas Reckermann - sont eux aussi Allemands, et que
Victoria Bieneck et Isabell Schneider ont remporté les Championnats du
monde FIVB M-23 inauguraux plus tôt cette année, on peut aisément
imaginer que les Allemands vont devenir les maîtres de la scène du
beach volley dans les prochaines années.
Cela dit, cela ne signifie pas pour autant que les traditionnels bastions
soient restés les bras croisés.
Les Chinoises Chen Xue et Zhang Xi ont ainsi mis enfin la main sur un
titre majeur à la faveur de leur victoire sur Borger et Büthe. Elles ont
cependant subi une défaite inattendue en poule, face aux Finlandaises
Erika et Emilia Nystrom qui les ont surprises au meilleur de leur forme.
De son côté, le Brésil a été incapable de rééditer son résultat de Rome
2011
où Juliana et Larissa avaient remporté le titre féminin, et Alison
et Emanuel celui des hommes. Les Auriverde sont néanmoins repartis,
tant chez les femmes que chez les hommes, avec des places de podium.
Lili et Seixas ont ainsi poursuivi leur montée en puissance en terminant
à nouveau troisièmes en deux tournois, quinze jours à peine après le
Grand chelem de Rome.
Quant à Ricardo, il a fait fi du poids des ans pour devenir le joueur
possédant le plus beau palmarès des Championnats du monde en
signant un quatrième podium. Mais cette fois, tous les regards se
sont tournés vers son alter ego sur la deuxième marche : Alvaro.
Si le jeune homme de 22 ans originaire de João Pessoa n’a pas
pu mettre un terme à sa série de secondes places acquises aux
Championnats du monde – cela lui est arrivé deux fois chez les
M-21 –ses performances athlétiques en fond de court n’en ont
pas moins impressionné, ce qui lui a valu d’être couronné Meilleur
joueur.
Adversaires traditionnels du Brésil, les États-Unis n’ont pas réussi à
placer la moindre équipe sur le podium, chez les hommes comme
chez les dames, pour la première fois depuis 2001. Seules April Ross
et Whitney Pavlik ont sauvé l’honneur en terminant quatrièmes.
Malgré tout, lorsque Phil Dalhausser et Sean Rosenthal, tout
comme Jacob Gibb et Casey Patterson, compteront deux années
de plus d’expérience commune, ils pourront certainement viser au
minimum le podium lors des prochains Championnats du monde.
Si vous ajoutez le fait qu’April Ross et Kerri Walsh vont également
évoluer ensemble durant la majeure partie des deux prochaines
années, il est tout à fait possible que la bannière étoilée flotte à
nouveau sur le court central en 2015 à La Haye.
Beaucoup d’équipes l’entendront cependant d’une autre oreille et,
comme les Championnats du monde 2013 l’ont très clairement
prouvé, il faudrait être fou pour se hasarder au moindre pronostic.
7