Sarah Pavan et Heather Bansley
Canada
Sarah Pavan est une autre joueuse de Mazurie 2013 ayant bifurqué
du volleyball au beach volley. Associée à Heather Bansley, les deux
femmes ont certainement fait sursauter quelques équipes qui ont dû
faire attention à leurs performances.
Le duo canadien est sorti de sa poule nanti de deux victoires pour
une défaite et bien que les deux femmes aient été éliminées par
les Autrichiennes Barbara Hansel et Katharina Schutzenhofer, elles
ont montré qu’avec un peu plus de temps de jeu ensemble, elles
constitueront une paire dont il faudra se méfier. Il n’est pas été difficile
de comprendre pourquoi Pavan a été une adversaire si coriace. Du
haut de son 1m96, la jeune femme de 26 ans a en effet dominé ses
rivales au filet, alors que Bansley, âgée de 25 ans, veillait au grain
derrière.
Pavan retrouvera cependant sa brillante carrière de volleyeuse plus tard
dans l’année. Elle a en effet été élue All-American à quatre reprises
avec l’Université du Nebraska et a remporté le titre universitaire de la
NCAA en 2006, avant d’embrasser une carrière professionnelle en
Italie et au Brésil. Si leur partenariat va être mis entre parenthèses,
on aura l’occasion de les revoir à mesure que l’échéance des Jeux
olympiques de Rio de Janeiro se rapprochera. « Nous allons continuer
à jouer jusqu’à fin août, début septembre, et Sarah retournera en salle
une saison supplémentaire », a expliqué Bansley. « Pour l’instant, nous
avons prévu de continuer à jouer ensemble sur le sable l’an prochain
et ensuite, nous procéderons à quelques réglages en conséquence
pour attaquer la campagne de qualification olympique ».
Miller Elwin et Henriette Iatika
Vanuatu
Miller Elwin et Henriette Iatika du Vanuatu n’ont absolument pas été
timorées à l’ occasion de leurs premiers Championnats du monde FIVB
de beach volley. Pour rallier Stare Jablonki, la paire a dû effectuer un
long voyage passant par Brisbane, Dubaï et Francfort avant d’arriver
en Pologne, mais une fois sur place, elles se sont senties totalement
chez elles. Elles ont remporté un match et perdu les deux autres dans
leur poule, mais ont néanmoins terminé deuxièmes du groupe.
La phase par élimination directe les attendait ensuite, avec au menu,
une rencontre avec les Tchèques Kristyna Kolocova et Marketa
Slukova qui ont participé aux Jeux olympiques. Qu’à cela ne tienne :
Miller et Henriette ont joué comme si elles étaient des habituées de
la compétition et gagné 2-0. Finalement, il a fallu l’intervention de
Chen Xue et Zhang Xi, têtes de série numéro un et futures lauréates,
pour que leur parcours prenne fin, non sans qu’elles aient failli causer
la surprise des surprises en obtenant une balle de set dans la première
manche. Si cette défaite annonçait leur long retour vers leur île natale
du Pacifique sud, nul doute qu’elles ont dû avoir le sourire tout au
long du voyage.
« 
Je m’entraîne durement depuis quelques années et nous avons
beaucoup progressé depuis. Nous sommes fières de la façon dont
nous avons joué contre les Chinoises », dit Iatika. « Elles sont classées
numéro un et nous trente-septièmes. Dans notre île, nos amis et nos
familles sont extrêmement fiers de nous. Nous avons d’ailleurs reçu
énormément de messages de soutien ».
15