Pour Xue et Zhang Xi, le moment critique s’est situé au tout début
des Championnats du monde 2013. Après une première victoire,
elles ont en effet enchaîné avec une défaite 2-0 contre les jumelles
finlandaises Emilia et Erika Nystrom.
Des voix ont mis en doute le bien-fondé de leur décision de faire
l’impasse sur les tournois du Grand chelem de Corrientes, de La Haye
et de Rome pour disputer les Jeux nationaux de Chine, toujours aussi
prisés. Mais leur troisième victoire en poule leur a tout simplement
ouvert les portes d’une rencontre à élimination directe explosive face
aux Brésiliennes Antonelli et Agatha, invaincues en poule et dans une
forme plutôt exceptionnelle.
Au moment crucial, ils n’ont pas fléchi. Ils ont vacillé certes, mais
sont restés debout. Ils ont conservé leur sang-froid, respecté leurs
plans et ont été récompensés par le titre.
Ils, ce sont tant Alexander Brouwer et Robert Meeuwsen que Chen
Xue et Zhang Xi, qui ont fait face dans la tempête tout au long du
tournoi, là où des équipes moins fortes auraient peut-être craqué.
Pour les Néerlandais, ce moment-là est arrivé lorsque Ricardo et
Alvaro ont sauvé la première balle de match en finale. À ce stade,
leur inexpérience, non seulement des finales mais également du
beach volley senior de niveau FIVB en général, aurait pu prendre le
dessus et saper leurs efforts, et permettre aux Brésiliens d’opérer un
retour mémorable.
À la place, ils ont pris une grande respiration, se sont reconcentrés,
et n’ont pas laissé passer leur seconde chance, pour décrocher une
victoire que bien peu auraient pronostiquée en début de compétition.
« 
Je ne peux vraiment pas décrire ce que je ressens », a déclaré
Brouwer après coup. « Il va nous falloir beaucoup de temps pour
nous habituer, mais je ne pense pas vraiment qu’on y arrive. C’est
la plus fantastique des sensations. Affronter Ricardo et Alvaro, et
gagner, c’est un honneur incroyable. »
La paire évolue ensemble depuis le début de 2011, mais les deux
hommes n’avaient jusque-là jamais fait mieux qu’une neuvième place
dans quatre Grands chelem cette année ainsi qu’une place en quarts
de finale lors de l’Open d’ouverture de Fuzhou et aux Championnats
d’Europe CEV 2011 et 2012.
Un peu moins de deux semaines avant le début des Championnats
du monde, ils avaient évoqué leur avenir et la possibilité d’entrer
en quart de finale en Grand chelem. Désormais, ils ont grignoté
quelques places et se sont totalement affirmés comme une équipe
à redouter.
En atteignant les quarts de finale, ils sont désormais considérés comme
des athlètes de niveau « A » par le Comité olympique néerlandais.
Et comme les Championnats du monde 2015 auront lieu aux Pays-
Bas, Brouwer et Meeuwsen devraient en être les ambassadeurs, et
arborer leur visage souriant et leurs médailles d’or étincelantes sur
toutes les affiches durant les deux prochaines années.
« 
C’est super d’organiser les Championnats du monde en 2015 »,
dit Meeuwsen. « Nous espérions viser le podium en 2015, mais c’est
déjà fait ».
Les têtes de série numéro un ont toutefois confirmé leur statut et ont
rapidement trouvé la bonne cadence pour une victoire 2-0. À partir
de là, elles allaient bientôt trouver leur vitesse de croisière et foncer
droit devant. La paire de Vanuatu, Elwin Miller et Henriette Iatika,
allait toutefois leur causer quelques frayeurs lors du premier set
des huitièmes, alors que Laura Ludwig et Kira Walkenhorst allaient
également se montrer des adversaires coriaces en quarts. Mais les
duettistes asiatiques signaient une nouvelle victoire 2-0 en demi-
finale sur Lili et Seixas.
Et pourtant, elles avaient toujours en tête la manière dont elles
avaient joué au début de cette dernière étape vers la finale.
«
Je ne peux vraiment pas
décrire ce que je ressens. Il va
nous falloir beaucoup de temps
pour nous habituer, mais je ne
pense pas vraiment qu’on y
arrive. C’est la plus fantastique
des sensations. Affronter Ricardo
et Alvaro, et gagner, c’est un
honneur incroyable.
»
COMPTE-RENDU
10