F I V B  FEDERATION INTERNATIONALE DE VOLLEYBALL
PRESS RELEASE 13.07.2003

Back

Finales de la Ligue mondiale FIVB, dotée de 15 millions de dollars - Le Brésil bat la Serbie et Monténégro dans le tie-break par

Madrid, le 13 juillet 2003 - Le Brésil a amené dimanche le carnaval en ville lorsqu'il a rencontré la Serbie et Monténégro pour le titre tant convoité de la Ligue mondiale FIVB, dotée de 15 millions de dollars. Mais le résultat s'est joué sur le fil - au tie-break - dans ce qui s'est avéré être un superbe spectacle de jeu moderne qui s'est vraiment terminé avec deux magnifiques vainqueurs. Le Brésil a remporté le titre 3-2 (25-16, 21-25, 19-25, 25-23, 31-29) en un peu moins de 2 heures (1h53). Ce fut un match qui restera dans l'histoire des finales de la Ligue mondiale comme étant un vrai grand combat entre les poètes (Brésil) et les guerriers de ce sport (Serbie et Monténégro). Et quand le dernier point est revenu au Brésil, le capitaine Nalbert Bitencourt a sauté par dessus la barrière, puis est monté sur la table d'un journaliste pour rendre hommage à la foule. Le Brésil est désormais champion du monde, tenant du titre en Ligue mondiale et au sommet du classement mondial de ce sport passionnant. Mais les joueurs brésiliens rentreront chez eux avec le plus grand respect pour la Serbie et Monténégro, qui les aura poussé dans leurs derniers retranchements et aura quitté le terrain avec autant de mérite suite à un exquis spectacle plein de sportivité et de technicité. Le Brésil était solide au début et, avec des contres d'entrée de jeu de Santana Rogrigo, prenait rapidement l'avantage 8-3, poussé par les bongos et des fans hystériques présents dans cette arène à corridas couverte. Pour la Serbie et Monténégro, rien n'allait en ce début de match et, service après service, elle n'arrivait pas à trouver ses marques. Giovani Gavio et Andre Nascimento délivraient une série d'attaques fatales et, aussi rapidement qu'un clignotement d'œil, le Brésil menait 18-12. A 23-14, Nalbert contrait Ivan "Le Terrible" Miljkovic, Giovane enchaînant avec un ace sur la balle de set. Le Brésil remportait le set sur une erreur de la Serbie et Monténégro et menait une manche à rien, 25-16. La Serbie et Monténégro a essayé de se régler rapidement dans le deuxième set et menait de quatre points à 8-4, en déployant ses meilleurs guerriers. A 12-7, le jeu des "Bleus" des Balkans était bon, mais ces derniers manquaient toujours les attaques essentielles. Un contre qui prenait le mauvais chemin pour la Serbie et Monténégro permettait au Brésil de revenir à un point, 19-18. Quelques secondes plus tard, Miljkovic servait une balle qui rebondissait sur les doigts de Giovani afin de donner à la Serbie et Monténégro le point du 23-19. Et en un éclair, les opprimés scellaient le set pour revenir à égalité. La Serbie et Monténégro s'accrochait au Brésil à 5-5 dans le troisième set avec une attaque trompeuse classique de Nikola Grbic, puis parvenait à tenir bon la plupart du set, grâce à un meilleur timing et plus de précision. Il était clair qu'ils avaient décidé de défier le Brésil à son propre jeu et ils remportaient le set 25-19 pour prendre la tête. La Serbie menait 4-0 dans le quatrième set, calmant l'hystérie dans les tribunes. Mais le Brésil remporta le set afin d'imposer ce qui restera certainement comme l'un des plus grands tie-breaks. Ce qui eu lieu fut un vrai drame, et bien que la balle ait finalement choisi le camp brésilien, les deux équipes auraient dû être couvertes de gloire. Miljkovic a inscrit 28 superbes points, devenant le meilleur marqueur du match et du tournoi, alors que les honneurs du meilleur serveur et contreur du tournoi revenaient à son coéquipier Andrija Geric. Martin Lebl, de la République Tchèque (qui a fini quatrième), était nommé meilleur attaquant du tournoi. Plus tôt, les Italiens terminaient troisième suite à leur victoire sur la République Tchèque.


Back