F I V B  FEDERATION INTERNATIONALE DE VOLLEYBALL
PRESS RELEASE 09.07.2003

Back

Finales de la Ligue mondiale FIVB, dotée de 15 millions de dollars

Madrid, le 9 juillet 2003 - La Serbie et Monténégro était confrontée à un féroce adversaire mercredi dans son deuxième affrontement pour le compte des finales FIVB de la Ligue mondiale, dotée de 15 millions de dollars, quand le pays hôte, l'Espagne, s'est présenté avec son six de base, ainsi qu'un septième puissant allié - quelque 8000 fans hurlant dans les tribunes de cette arène à corridas couverte de la capitale espagnole. Malheureusement pour l'Espagne, ce n'était pas suffisant pour repousser des plus expérimentés et mieux classés adversaires qui ont facilement gagné sur le score de 3-1 (25-19, 25-20, 20-25, 25-18). "Ce fut un très bon match pour nous, peut-être l'un de nos meilleurs dans cette Ligue mondiale", a dit le capitaine de la Serbie et Monténégro, Nikola Grbic. Il a dit qu'ils avaient fait des fautes dans le troisième set, quand ils s'attendaient à voir l'Espagne "renoncer". "Mais ils sont bons et ils sont restés dans le jeu", a-t-il ajouté. Le match a été aussi passionnant que les autres confrontations qui ont eu lieu avant dans ce stade, comme le charismatique Rafael (Rafa) Pascual, le galion de l'équipe espagnole, était déterminé à maintenir ses coéquipiers dans la course. Les champions olympiques de Serbie et Monténégro ont tenu leur rang dans le premier set mais ce ne fut pas facile, avec beaucoup d'émotions des deux côtés et un score de 21-18 dans le premier set pour les visiteurs. La Serbie et Monténégro concluait ce set grâce à une combinaison entre la superbe puissance de feu d'Ivan (Le Terrible) Miljkovic et une nervosité un peu plus marquée dans le camp espagnol. L'Espagne s'accrochait à un adversaire plus expérimenté et les cris "Olé, Olé! Olé, olé, olé, Olé!!" retentissaient quand ils égalisèrent à 13 partout dans le deuxième set. Mais jouer les champions d'Europe et olympiques, dont la technique est évidente et dont le manteau de la tradition du volleyball est bien posé sur leurs épaules, n'est jamais facile, et la Serbie et Monténégro scellait le deuxième set sur le score de 25-20. Les Espagnols menaient 11-7 dans le troisième set et leur indice d'adrénaline était élevé. Ils gardèrent cet avantage jusqu'à 18-14, faisant exploser la salle quand "Rafa", presque en lévitation, assénait un smash, permettant à l'Espagne d'inscrire son 20e point. Vladimir Grbic touchait le filet pour donner à l'Espagne son 22e point, mais son frère Nikola se vengeait en ramenant les visiteurs à 22-19. Ce fut une nouvelle fois Rafa qui donna une balle de set à l'Espagne et Carlos Luis Carreno la convertissait au contre, l'Espagne revenant dans le match à 2-1. L'Espagne était au même niveau jusqu'à 11 partout dans le quatrième set vital, mais ensuite Andreija Geric marquait rapidement deux points au profit de la Serbie et Monténégro. Ce fut le tournant et, suite à la déception de l'Espagne, les Bleus remportèrent la victoire. "C'est très difficile de jouer contre l'une des meilleures équipes du monde", a admis Pascual à la fin du match. "Mais nous espérons arriver en demi-finales, car nous avons bien joué et que nous le méritons." L'Espagne a encore une chance jeudi d'atteindre la finale à quatre, mais elle devra rencontrer une solide et talentueuse équipe de la République Tchèque qui, mercredi, a infligé une deuxième défaite à la Grèce, gâchant ainsi ses chances d'avancer dans la compétition. La République Tchèque, qui avait terminé en tête du groupe D dans la manche intercontinentale, a fait des débuts spectaculaires en Ligue mondiale et entrera jeudi sur le terrain, sérieuse et déterminée à gâcher la fête espagnole. Plus tôt mercredi, le Brésil a humilié la Russie 3-1 pour remporter sa deuxième victoire et se retrouver au sommet du classement. Mais ils affrontent l'Italie jeudi. S'ils perdent et que la Russie bat la Bulgarie, les Russes récolteraient également une deuxième victoire. La Serbie et Monténégro rencontre la Grèce pour sa dernière rencontre.


Back